La France place en orbite un satellite militaire de dernière génération

Syracuse 4A doit permettre aux armées tricolores de communiquer à haut débit et en toute sécurité depuis des relais au sol, aériens, marins et sous-marin.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une fusée Ariane 5 décolle de Kourou, en Guyane, le 18 février 2020. (JODY AMIET / AFP)

Un bijou de technologie, et une nouvelle preuve que les tensions géopolitiques s'exportent désormais jusque dans l'espace. La France a placé en orbite, samedi 23 octobre, un satellite militaire qui doit permettre aux armées françaises de communiquer à haut débit et en toute sécurité depuis des relais au sol, aériens, marins et sous-marin.

La fusée Ariane 5 a décollé de Kourou, en Guyane, en emportant le satellite 4A du programme Syracuse. "Syracuse 4A est conçu pour résister aux agressions militaires depuis le sol et dans l'espace ainsi qu'au brouillage", a expliqué à l'AFP le colonel Stéphane Spet, porte-parole de l'armée de l'air et de l'espace. Il est équipé de moyens de surveillance de ses abords proches et d'une capacité de déplacement pour échapper à une agression.

Protégé contre les impulsions provoquées par une explosion nucléaire

Un risque loin d'être théorique : en juillet 2020, le commandement spatial américain avait accusé Moscou d'avoir "conduit un test non-destructeur d'une arme anti-satellite depuis l'espace". Et en 2017, le "satellite-espion" russe Louch-Olympe avait déjà tenté de s'approcher du satellite militaire franco-italien Athena-Fidus. S4 est en outre protégé contre les impulsions électro-magnétiques qui résulteraient d'une explosion nucléaire.

Le programme Syracuse représente un investissement total de quelque 4 milliards d'euros. Avec ses deux milliards d'euros d'investissements annuels dans le spatial militaire et civil, la France reste toutefois loin du trio de tête : 50 milliards pour les Etats-Unis, 10 pour la Chine et 4 pour la Russie, selon des chiffres de 2020 du gouvernement français.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Armée et sécurité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.