"L'autorité, ça se construit sur le long terme, pas en 15 jours" : les parents d'élèves sceptiques sur le Service national universel

Pour la FCPE, la fédération des parents d'élèves, la priorité est plutôt de redonner des moyens aux écoles pour inculquer les valeurs de la République aux enfants, tout au long de leur scolarité.

Comme pour le service militaire volontaire, les jeunes du service national universel devront porter un uniforme.
Comme pour le service militaire volontaire, les jeunes du service national universel devront porter un uniforme. (JEAN-PIERRE BALFIN / MAXPPP)

"L'autorité, ça se construit sur le long terme, pas simplement en 15 jours", a réagi jeudi 17 janvier sur franceinfo Rodrigo Arenas, co-président de la FCPE (Fédération des conseils de parents d'élèves), après l'annonce, la veille, du lancement du service national universel (SNU) dans 13 départements de France dès juin prochain.

"Aller sur un encadrement plus militaire, avec un lever au drapeau, la Marseillaise, etc., on ne pense pas que ce soit la meilleure façon d'enseigner l'autorité et les valeurs de la République à nos enfants", a continué Rodrigo Arenas. "Ces valeurs de la République, elles s'inculquent tout au long d'une scolarité et pas sous une forme de nostalgie du service militaire".

Plus de voyages scolaires plutôt qu'un nouveau service militaire

"Aujourd'hui, dans les établissements, quand on entend les enseignants, les parents, les enfants, on se rend compte que les moyens manquent sur le terrain pour atteindre ces objectifs, a encore indiqué le représentant des parents d'élèves. Par exemple, pour tout ce qui concerne les voyages scolaires, qui permettent justement à des jeunes issus de milieux sociaux complètement différents de pouvoir vivre une aventure commune, d'aller dans le sens de la collectivité et d'aller aussi sur des projets communs. Force est de constater qu'aujourd'hui il y a de vrais manques de financements de ce côté-là, qui obligent par exemple les parents à vendre des chocolats pour que les enfants puissent partir", a dénoncé le co-président de la FCPE.

"De même, on regrette que de moins en moins d'enfants partent en colonie de vacances, qui était le lieu de ce brassage et qui permettait d'enseigner ce vivre-ensemble, cet éveil aussi à d'autres territoires de notre pays et à ses habitants, dans un cadre éducatif", a jugé Rodrigo Arenas.

"Nous, on considère que le meilleur lieu pour atteindre les objectifs du gouvernement, ça reste l'école, ça reste un milieu éducatif avec des enseignants qui ont une autorité sur les enfants", a-t-il conclu.