L'armée française a tué un haut responsable jihadiste au Mali, annonce la ministre des Armées, Florence Parly

"Cadre historique de la mouvance djihadiste au Sahel, Bah ag Moussa est considéré comme responsable de plusieurs attaques contre les forces maliennes et internationales", dit Florence Parly dans un communiqué. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le logo de l'opération Barkhane au Mali, le 3 novembre 2020.  (DAPHNE BENOIT / AFP)

L'armée française a tué un cadre opérationnel jihadiste de tout premier plan lié à Al-Qaïda, le Malien Bah Ag Moussa, au cours d'une opération aéroportée menée mardi soir dans le nord-est du Mali, annonce vendredi 13 novembre la ministre des Armées, Florence Parly.

L'ancien officier de l'armée malienne, également connu sous le nom de Bamoussa Diarra, était un lieutenant d'Iyad Ag Ghali, le chef touareg du Rassemblement pour la victoire de l'Islam et des musulmans (RVIM), lié à Al Qaïda.

"Cadre historique de la mouvance jihadiste au Sahel, Bah ag Moussa est considéré comme responsable de plusieurs attaques contre les forces maliennes et internationales", dit Florence Parly dans un communiqué qui salue "un succès majeur dans la lutte contre le terrorisme". 

En juin, l'armée française avait annoncé avoir tué le chef d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), l'Algérien Abdelmalek Droukdal, lors d'une autre opération militaire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Armée et sécurité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.