Intelligence artificielle : avant de perdre le contrôle, le monde veut se mettre des limites

Rien ne va plus dans le monde de l'intelligence artificielle, qui commence à sentir le besoin de limites.

France 3

On a besoin de fixer quelques règles. On a besoin de garantir que les intelligences artificielles vont d'abord servir l'humain avant de servir les gouvernements et les entreprises privées. On développe actuellement des armes autonomes. On doit fixer des règles pour ne pas se retrouver dans le futur dans un scénario à la "Terminator".

L'intelligence artificielle au G20

Il y a aussi des applications polémiques. Une appli est capable de prendre un extrait sonore et de générer un visage qui correspond au son. Ça peut servir à discriminer. Une autre appli est capable d'associer un visage de femme récupéré sur un site pornographique avec un nom et un compte Facebook. Ça peut servir au harcèlement des femmes.

L'OCDE prône la transparence : à chaque fois qu'une décision sera prise concernant l'humain, la personne devra être prévenue. L'UE prône la responsabilité : si une voiture autonome a un accident, c'est l'algorithme qui sera attaqué. L'intelligence artificielle sera à l'ordre du jour du G20 fin juin au Japon pour commencer à fixer des règles internationales.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un scénario à la \"Terminator\" pourraient advenir avec des armes autonomes non contrôlées 
Un scénario à la "Terminator" pourraient advenir avec des armes autonomes non contrôlées  (France 3)