Cet article date de plus de six ans.

Dominique de Villepin met en garde Macron contre une "surchauffe diplomatique et militaire"

L'ancien Premier ministre a suggéré la mise en place d'un "Conseil national de sécurité" pour permettre au président d'avoir "un temps d'avance" sur les crises.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'ancien Premier ministre Dominique de Villepin au Parc des Princes à Paris, le 23 avril 2014. (FRANCK FIFE / AFP)

L'ex-Premier ministre Dominique de Villepin a mis en garde dimanche 29 avril Emmanuel Macron contre "une situation de surchauffe diplomatique et militaire", conseillant au président de la République la mise en place d'un "Conseil national de sécurité".

"On a maintenant un an de pratique de la présidence Macron et nous constatons une situation de surchauffe, à la fois diplomatique et militaire", a-t-il déclaré sur BFMTV. "Surchauffe diplomatique parce que la France est présente sur tous les fronts, le président multiplie les rencontres, les discours, les voyages", a estimé Dominique de Villepin, qui n'est "pas sûr que l'intendance puisse suivre à ce rythme".

"Un manque dans le système français"

Si les deux ministres actuels des Affaires étrangères et de la Défense sont "compétents", il est "temps de constater qu'il y a un manque dans le système français". "Il faudrait rajouter un organe, une institution, qui peut être une sorte de Conseil national de sécurité, soit en liaison avec les deux ministères, soit auprès du président de la République", ayant pour objectif de donner au chef de l'Etat "un temps d'avance par rapport aux crises qui se multiplient et aux tensions qui s'ajoutent les unes aux autres".

Ce Conseil national, "compte tenu de la façon dont le président travaille -il n'aime pas avoir des personnalités qui lui fassent de l'ombre-, serait susceptible, auprès de lui, d'être un vivier d'idées, de propositions et une tête chercheuse qui permettrait des rencontres très confidentielles sur la scène internationale". L'ancien Premier ministre a toutefois prévenu qu'il ne voudrait pas prendre la tête de ce conseil.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.