Brest : la police identifie un homme soupçonné d'avoir pointé un laser sur un hélicoptère de la Marine nationale, un mois et demi après les faits

Le père de famille de 37 ans, sans antécédents judiciaires, ne sera pas poursuivi. Le parquet de Brest s'est contenté d'un simple rappel à la loi. Le pointeur laser a été saisi.

Quartier du Val-Hir à Brest (Finistère).
Quartier du Val-Hir à Brest (Finistère). (CAPTURE D'ECRAN GOOGLE MAPS)

La police de Brest (Finistère) a identifié, jeudi 9 juillet, un homme soupçonné d'avoir pointé un laser sur un hélicoptère de la Marine nationale un mois et demi après les faits, rapporte France Bleu Breizh Izel.

C'est une enquête qui s'annonçait très délicate : comment retrouver le propriétaire d'un laser pointé sur un hélicoptère en pleine nuit dans une métropole de 210 000 habitants ? Un mois et demi après la plainte d'un militaire, qui avait subi une légère blessure oculaire (1 jour d'incapacité temporaire de travail) le 16 mai en survolant Brest, les policiers sont parvenus à identifier l'auteur de ce geste qui aurait pu avoir des conséquences graves.

Le propriétaire du laser ne sera pas poursuivi

D'après les coordonnées approximatives du faisceau, et son inclinaison, les enquêteurs ont déduit que le suspect devait résider sur la rive droite, plus précisément dans le quartier du Valy-Hir. Au fil de leurs investigations, l'étau s'est resserré sur une barre d'immeuble.

C'est au cours d'une minutieuse enquête de voisinage que les policiers de Brest ont fini par identifier un locataire de HLM. Entendu jeudi 9 juillet au commissariat, il a reconnu sa bêtise tout en expliquant que l'hélicoptère "faisait trop de bruit" et avait réveillé ses enfants.

Le père de famille de 37 ans, sans antécédents judiciaires, ne sera pas poursuivi. Le parquet de Brest s'est contenté d'un simple rappel à la loi. Le pointeur laser a été saisi.