Cet article date de plus de deux ans.

Armement de la police municipale : "Nos agents n'ont pas vocation à interpeller et faire des contrôles" réagit le maire EELV d'Arcueil

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Édité par Thomas Pontillon - franceinfo
Radio France

Le maire EELV d'Arcueil (Val-de-Marne) estime que ses agents de police municipale doivent continuer de s'occuper "du stationnement et de la propreté", c'est à la "police nationale d'arreter les truands", declare-t-il à franceinfo. 

Alors qu'un rapport parlementaire propose de rendre obligatoire l'armement des policiers municipaux, le maire EELV d'Arcueil (Val-de-Marne) s'oppose sur franceinfo mardi 11 septembre à cette mesure. "Nos agents de police municipale n'ont pas vocation à interpeller les gens et faire des contrôles", a réagi Christian Métairie. 

"La question c'est : quel est l'objectif qu'on fixe à la police municipale ?" interroge l'élu. "Pour nous, l'objectif c'est de rendre la sécurité du quotidien auprès de nos habitants, c'est assurer les questions du stationnement, de contrôle de la propreté", poursuit-il.

Il me semble qu'il faut que l'État et la police nationale jouent leur rôle, notamment pour ce qui est de l'interpellation des truands ou des trafiquants

Christian Métairie

à franceinfo

Si un acte délictueux se produit, les policiers municipaux, "comme tout citoyen", doivent "être actifs et sans doute un peu plus", mais ils "ont d'abord comme fonction de prévenir la police nationale et de la faire intervenir", a poursuivi Christian Métairie. "À chacun son travail", a-t-il lancé alors que sa ville compte trois policiers municipaux.

Piloté par les députés LREM Jean-Michel Fauvergue (ancien patron du Raid) et Alice Thourot, le rapport parlementaire remis mardi au Premier ministre comporte 78 propositions pour favoriser la "coproduction de sécurité" entre police et gendarmerie nationales, polices municipales et agents de sécurité privée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Armée et sécurité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.