Armées : démission du chef d'état-major

Il était le plus haut gradé de l'armée française. Le général de Villiers a démissionné, l'épilogue d'un bras de fer avec Emmanuel Macron, ponctué par un recadrage public du chef de l'État. 

France 2

Le 14 juillet dernier, entre Emmanuel Macron et le général de Villiers, la tension est palpable. Cinq jours plus tard, le général remet sa démission au président de la République. Pierre de Villiers plaide depuis des années pour l'augmentation du budget de la Défense. Emmanuel Macron s'était engagé à ce qu'il atteigne 2 % du PIB en 2025.

Le général ne masque pas son agacement

Mais les coupes sont annoncées, les armées se voient amputer de 850 millions d'euros. Le 12 juillet dernier devant les députés, le général de Villiers ne masque pas son agacement. Le lendemain, il est recadré publiquement par le chef de l'État. Un camouflet.

Nommé à la tête des armées en 2014 par François Hollande, le général de Villiers, 61 ans, avait une longue expérience opérationnelle. Issu de la cavalerie, il était au Kosovo en 1999, en Afghanistan en 2004 et était connu pour son franc-parler. La démission d'un chef d'état-major des armées est une première sous la Ve République.

Le JT
Les autres sujets du JT
Armées : démission du chef d\'état-major
Armées : démission du chef d'état-major (FRANCE 2)