Alpes-Maritimes : dans les champs de parfum de Grasse

Les roses et le jasmin font leur retour sur les collines de Grasse dans les Alpes-Maritimes. La capitale du parfum relance la culture de ces fleurs d'exception. Une activité qui a périclité au fil des années à cause de la mondialisation et de la pression immobilière.

FRANCE 3

Dans le petit monde de la parfumerie, elle est le symbole d'une résurrection. Vingt ans que l'on avait plus entendu dans les champs les cliquetis de ces tubéreuses. C'est le début de la quatrième saison de récoltes. Une ancienne professeure de lettres a fait le pari de réintroduire cette fleur d'exception, dont la production était jusqu'ici délocalisée et concurrencée par les parfums de synthèse. "Il a fallu vraiment du travail pour la remettre en culture. D'abord pour la multiplier parce que la semence n'existait plus. On n’est vraiment partis de pas grand-chose? Année après année on les a multipliées pour arriver aujourd'hui à des surfaces qui restent encore modestes, mais prometteuses", détaille la productrice Armelle Janody.

Contrat d'exclusivité avec une marque française

Une récolte si prometteuse qu'elle a signé un contrat d'exclusivité avec une grande maison française. Et pourtant lorsqu'elle s'est installée il y a sept ans, personne n'a voulu croire à sa réussite. La capitale du parfum compte bien retrouver ses champs de fleurs d'antan. D'ici cinq ans, Grasse devrait compter 70 hectares cultivés contre une quarantaine seulement aujourd'hui.

Le JT
Les autres sujets du JT
Détail de la vitrine \"L\'essor de la parfumerie au XIXe siècle dans le musée du parfum Fragonard à Paris le 12 avril 2019
Détail de la vitrine "L'essor de la parfumerie au XIXe siècle dans le musée du parfum Fragonard à Paris le 12 avril 2019 (THOMAS SAMSON / AFP)