Aides-soignants : une vocation en crise

Le métier d'aide-soignant n'attire plus : les établissements spécialisés peinent à recruter et les écoles de formation se vident.

FRANCE 2

Accompagner les patients dans leur quotidien, les aider à manger, leur assurer des soins d'hygiène et de confort... Olivia Delaunay est aide-soignante en maison de retraite à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne). "On apprend au quotidien l'histoire des gens et on l'utilise pour s'occuper d'eux. On les accompagne partout, dans la vie de tous les jours", raconte la jeune femme. Elle gagne 1 600 euros par mois, ce qui, selon elle, ne pousse pas les gens, et encore moins les jeunes, à faire ce métier-là.

450 centres de formation en France

Conséquence ? 1 établissement de santé sur 2 a du mal à recruter. "On manque de professionnels pour accompagner les personnes âgées au quotidien", indique Romain Gizolme de l'association des directeurs au service des personnes âgées. Pas assez de professionnels, car moins de candidats passent le concours d'aide-soignant. Celui-ci se prépare dans un centre de formation : il en existe 450 en France. En 2018, faute de candidats, la directrice a dû décaler la date du concours.

Le JT
Les autres sujets du JT
La ministre de la Santé Agnès Buzyn doit annoncer la création de 20 000 postes supplémentaires en trois ans. Beaucoup trop peu selon les associations et les syndicats.
La ministre de la Santé Agnès Buzyn doit annoncer la création de 20 000 postes supplémentaires en trois ans. Beaucoup trop peu selon les associations et les syndicats. (XAVIER LEOTY / AFP)