Vidéo Suicides dans le monde agricole : veuve, Camille livre un poignant témoignage

Publié
Durée de la vidéo : 4 min.
Deux agriculteurs se suicident chaque jour en France. C'est la moyenne depuis le début de l'année 2021. Augustin avait 31 ans quand il s'est suicidé. Il était éleveur, comme sa femme Camille. Aujourd'hui, elle témoigne.
BRUT
Article rédigé par
France Télévisions

Deux agriculteurs se suicident chaque jour en France. C'est la moyenne depuis le début de l'année 2021. Augustin avait 31 ans quand il s'est suicidé. Il était éleveur, comme sa femme Camille. Aujourd'hui, elle témoigne.

Augustin et Camille géraient un élevage de porcs dans la Somme. Mais le 27 octobre 2017, Augustin s'est suicidé dans leur ferme. Il avait 31 ans. "Je l'ai juste perdu de vue 5 minutes avant la pause déjeuner (...) Ces 5 minutes lui ont suffi à passer à l'acte dans un de nos greniers où je n'allais jamais, où je n'avais jamais mis les pieds pendant 10 ans", raconte Camille.

"Les gens d'extérieur, ils ne comprennent pas"

Dettes, refus de crédit... Leur exploitation a rencontré d'importantes difficultés financières poussant Augustin au burn-out. "On nourrissait les cochons tous les matins, du lundi au dimanche et tous les soirs donc on a pas de répit. On peut aller faire deux, trois courses mais d'avance, on sait qu'à 17 heures, il faut rentrer quoi. Et c'est ça, et je pense que les gens d'extérieur, ils ne comprennent pas, même ta famille", confie Camille.

"On ne peut pas tourner la page de 10 ans d'amour"

Aujourd'hui, Camille travaille comme nourrice et a un nouveau conjoint. Elle souhaite reprendre une exploitation céréalière à son compte. "On ne peut pas tourner la page de 10 ans d'amour comme ça, quand on a vécu une passion aussi forte, autant professionnellement que privée. C'est pas possible, quoi. Moi, je ne me vois pas tourner la page", précise-t-elle. Camille Beaurain vient de sortir "Agricultrice, une vie à part". Elle y évoque les difficultés que rencontrent les agriculteurs et les agricultrices aujourd'hui.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.