Les exploitants friands d'agroécologie intensive

De nombreux agriculteurs hors de la filière biologique choisissent une nouvelle méthode de travail plus respectueuse de l'environnement et aussi moins coûteuse.

France 3

Un élevage de porcs oui, mais dans un bâtiment en bois, très lumineux, et qui ne dégrade pas le paysage. C'est le choix qu'a fait Isabelle Verdier pour son exploitation. Une façon de travailler dans de meilleures conditions, et d'améliorer le cadre de vie de ses truies.

"Elles sont beaucoup plus calmes, et si on doit les vacciner, elles ne bougent pas", commente-t-elle.

Cette éleveuse a aussi choisi de traiter ses porcelets grâce à l'homéopathie, pour renforcer leurs défenses immunitaires, tout en supprimant l'usage des antibiotiques. Ces bêtes seront ensuite vendues sous le label "sans antibiotiques", avec un coût vétérinaire moindre.

Pas bio mais écolo

Cette sensibilisation écologique est de plus en plus fréquente chez les agriculteurs, comme l'explique cette représentante de la Chambre d'agriculture : "On est dans une logique d'optimisation, dans une logique qui est dans l'air du temps aussi. Les agriculteurs sont des gens lambda qui sont sensibles aux messages environnementaux."

Le JT
Les autres sujets du JT
Des cochons dans leur élevage à Wambrechies près de Lille, le 28 juillet 2010.
Des cochons dans leur élevage à Wambrechies près de Lille, le 28 juillet 2010. (DENIS CHARLET / AFP)