Céréales : faut-il craindre la flambée des cours ?

Le blé est de plus en plus cher, avec une hausse de 18% en un mois. La canicule et la sécheresse sont en cause. Quelles sont les conséquences pour la France ? L’invité du Soir 3, Didier Nedelec, directeur général d'ODA Groupe, tente de répondre.

Voir la vidéo

Le prix du blé est en forte hausse ces derniers mois, notamment en juin. Des augmentations de prix qui ne sont pas sans conséquence. Le directeur général d’ODA Groupe, Didier Nedelec, revient sur cette flambée. "Au niveau du marché mondial, on a une situation qui a commencé il y a plusieurs mois. Il y a cette problématique en Argentine. Puis des problèmes autour de la mer Noire à cause des conditions météo (…) Et en Europe, nous avons ce problème qui se produit dans le nord. Mais il faut garder raison, 34 millions c’est correct en volume, mais excellent en qualité", explique Didier Nedelec.

Les agriculteurs touchés

Ces prix qui montent sont-ils un motif de se réjouir pour les agriculteurs ? "La rentabilité des exploitations agricoles recommence à être correcte. Raison gardée encore une fois, car les récoltes de pommes de terre ou betteraves se présentent très mal. Ça se rétablit, mais ce n’est pas encore exceptionnel"Et pour les éleveurs ? "Au niveau des éleveurs, il y a une problématique de fourrage. Pour les éleveurs porcins et de volaille, le coût de l’alimentation va monter à cause de la hausse des prix des céréales". Enfin, quelles sont les conséquences pour le consommateur ? "On peut s’attendre à des mouvements de prix qui se poursuivent", explique Didier Nedelec.

Le JT
Les autres sujets du JT
La sécheresse en Allemagne, près d\'Osterode, le 23 juillet 2018.
La sécheresse en Allemagne, près d'Osterode, le 23 juillet 2018. (FRANK MAY / PICTURE ALLIANCE / AFP)