Livreurs à vélo : les coursiers des plateformes de livraison obtiennent un revenu horaire minimum

Un accord a été trouvé pour un revenu minimal horaire de course fixé à 11,75 euros.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Image d'illustration. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

Une avancée sociale pour les livreurs à vélo. Des accords "historiques" ont été signés entre les plateformes de livraison et des instances représentatives des livreurs deux roues indépendants pour leur garantir un revenu minimal horaire fixé à 11,75 euros. 

"Ces premiers accords consacrent le dialogue social et constituent une réelle avancée en faveur du renforcement des droits des travailleurs de la livraison", s'est réjoui sur Twitter le ministre du Travail Olivier Dussopt. "C'est un gain immédiat pour les livreurs, dont 20% au moins sont en dessous de ce seuil", s'est félicité Grégoire Leclercq, président de la Fédération nationale des auto-entrepreneurs (FNAE), qui a signé l'accord. 

"Se défendre et contester les motifs" de la déconnexion

Un accord sur la désactivation de comptes (aussi appelée déconnexion) a également été signé. "Alors que les déconnexions étaient jusque-là à l'initiative unilatérale des plateformes", l'accord prévoit que le livreur pourra signaler lui-même des incidents notamment avec des clients, devra être informé de la survenance d'incidents par la plateforme et pourra "se défendre et contester les motifs" de la déconnexion, détaille la FNAE. Par ailleurs, cette décision devra être prise "par une personne physique et non un algorithme", ajoute la fédération.

L'Association des plateformes d'indépendants (API) - qui réunit dans sa commission livraison Deliveroo, UberEats et Stuart - s'est réjoui de la signature de ces accords. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.