Cet article date de plus de cinq ans.

La boucherie, une filière d'avenir

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
La boucherie, une filière d'avenir
France 3
Article rédigé par
France Télévisions

La boucherie est une filière qui embauche. Pourtant, le secteur manque de bras. Une équipe de France 3 a suivi une apprentie bouchère.

Une équipe de France 3 a rencontré une apprentie bouchère. La profession attire peu alors que le secteur est dynamique. Depuis deux ans, Pauline Lallemand est apprentie bouchère à Toulouse. "Je crois que j'ai toujours eu envie de faire un métier manuel, mais à l'école on m'a toujours dit avec mes bons résultats, ce serait dommage. Je pense pourtant que ce n'est pas incompatible, on peut très bien faire un métier manuel en ayant de bons résultats à l'école. Donc j'ai continué, j'ai fait des études (...), mais j'avais envie de faire de la boucherie", explique la jeune femme. Avant de se reconvertir, Pauline avait décroché deux licences à l'université, mais aujourd'hui elle ne regrette pas son choix.

Offres d'emploi

La boucherie est un secteur qui recrute, mais les bras manquent. Pour recruter les bouchers de demain et valoriser ce métier manuel, certains artisans participent à des jobs-dating. "Je pense que l'on a sacrifié une génération en ne parlant pas assez de ces métiers manuels qui recrutent. Sur l'ensemble de la France, nous sommes à la recherche de 1200 ouvriers qualifiés. Sur Toulouse seulement, on pourrait ouvrir vingt boucheries si on avait des personnes qualifiées à mettre dedans", explique Louis Besner, président de la Chambre des métiers et de l'artisanat de Haute-Garonne.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Emploi

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.