Cet article date de plus de cinq ans.

L'École nationale de la magistrature refuse les candidats atteints du VIH

A quelques jours de la journée mondiale de lutte contre le sida du mardi 1er décembre, l'association Aides a dressé un panorama des discriminations dont souffrent les personnes touchées par le VIH. Parmi les administrations concernées, on trouve l'École nationale de la magistrature.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Une rentrée solennelle à l'Ecole Nationale de la Magistrature à Bordeaux © Maxppp)

Pour l'association AIDES, première association française de lutte contre le VIH, le constat des discriminations dont souffrent encore aujourd'hui les malades du Sida est accablant : accés refusé aux grandes écoles, candidats souhaitant devenir pompiers, gendarmes, militaires ou policiers déclarés "inaptes" au travail... Des inégalités de traitement auxquelles viennent s'ajouter des refus de soins ou encore des surcoûts d'assurance considérables pour les emprunts bancaires.

Parmi ces nombreux exemples relevés par l'association AIDES, l'un surprend particulièrement, car il concerne l'ENM, l'École nationale de la magistrature.

Les candidats séropositifs ne sont pas acceptés par l'Institution judiciaire

Pour rentrer à l'Ecole nationale de la magistrature, il faut remplir des conditions qui sont fixées par une ordonnance qui remonte à 1958. Cette ordonnance stipule que les candidats magistrats "doivent être indemnes ou définitivement guéris de toute affection qui donne droit à un congé de longue durée." Cela exclut donc de fait les personnes contaminées par le virus du sida. L'association AIDES cite ainsi le témoignage d' un candidat séropositif dont l'inscription à l'ENM a été rejetée. Aujourd'hui il se dit humilié, jeté au ban de la société et totalement désorienté. Interpellée sur cette question, la garde des Sceaux, Christiane Taubira, a annoncé que cette ordonnance de 1958 allait être prochainement modifiée dans le cadre d'une loi relative au statut de la magistrature.

Reste que pour l'association AIDES, cette situation reflète ce que vivent aujourd'hui les personnes vivant avec le VIH: elles se sentent toujours perçues comme des dangers potentiels par l'administration publique.

Christian Andreo (AIDES) " les représentations de la société sur le Sida sont tenaces".
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.