Hauts-de-Seine : une entreprise éphémère a permis à 50 chômeurs de remettre le pied à l'étrier et d'"avoir un projet"

C'est une initiative originale en Île-de-France pour trouver un emploi : à Bagneux, dans les Hauts-de-Seine, une entreprise éphémère a permis à 50 chômeurs de travailler pendant six semaines, rapporte France Bleu Paris. Objectif : décrocher un CDI.

Une entreprise éphémère a permis à 50 chômeurs de se remettre en selle pendant six semaines, à Bagneux (Hauts-de-Seine), grâce notamment à l\'accompagnement de trois coachs.
Une entreprise éphémère a permis à 50 chômeurs de se remettre en selle pendant six semaines, à Bagneux (Hauts-de-Seine), grâce notamment à l'accompagnement de trois coachs. (FIONA MOGHADDAM/RADIO FRANCE)

Faire travailler des chômeurs dans une entreprise éphémère pour les remettre en selle : c'est le pari fait par deux fondateurs à Bagneux, dans les Hauts-de-Seine, comme le raconte France Bleu Paris. Ainsi, 50 chômeurs ont travaillé dans une structure temporaire pendant six semaines, avec pour objectif de décrocher un emploi après cette expérience professionnelle. 

Reprendre la route du marché de l'emploi

Trouver du travail ressemble souvent à un parcours du combattant, surtout pour les chômeurs de longue durée. "On s’enferme dans une routine. On commence à douter parce que ça prend du temps. On a tendance à se dire : ’Ce n’est pas grave, aujourd’hui, je n’ai pas l’énergie. Je ferai demain'", témoigne Muriel, 52 ans, ex-assistante de direction, au micro de France Bleu Paris. Cela fait un an qu’elle est au chômage.

Elle s'est donc lancée dans cette aventure : participer à l"Entreprise éphémère pour l'emploi". C'est ainsi qu'est baptisée cette initiative originale, lancée par deux fondateurs qui tiennent à rester discrets. Ici, les demandeurs d'emploi ne sont pas des chômeurs mais des "associés". Objectif : retrouver un travail. Les participants ne gagnent pas d'argent, seulement leur indemnité Pôle emploi, mais l'entreprise éphémère leur permet de remettre le pied à l'étrier.

Les mêmes conditions qu'en entreprise

Grâce à la société éphémère, Muriel a retrouvé sa motivation : "Se lever tous les matins, avoir un projet, être coachée par des experts...", liste-t-elle. Elle a aussi développé de nouvelles compétences. "Je me suis ouverte au secteur des ressources humaines", explique la quinquagénaire à France Bleu Paris

Idem pour Sébastien, âgé de 32 ans. Au départ, il était responsable logistique mais il a souhaité travailler dans les différents services de l'"Entreprise éphémère pour l'emploi". "C’était une volonté d’apprendre, explique-t-il. Cela nous permet aussi de voir des choses différentes et parfois de se remettre en question. Il y a quelqu’un qui m’a parlé d’aller vers Limoges, je me suis dit : 'Pourquoi pas'", ajoute le demandeur d'emploi.

Mise en lien avec de vraies entreprises

La démarche séduit aussi les entreprises qui sont invitées à venir à la rencontre des associés, même lorsqu'elles n'ont pas d'offres d'emploi disponibles. Jean-Claude Duchamp, président du Club entrepreneurs 92, a été conquis par l'idée.

On a trouvé qu’ils avaient un enthousiasme qui tranchait singulièrement avec une certaine morosité en France. Une entreprise, elle "achète" de la motivation, de l’enthousiasmeJean-Claude Duchamp, Club entrepreneurs 92à France Bleu Paris

Si l'entreprise éphémère a fermé ses portes il y a quelques jours à Bagneux, les employeurs peuvent encore proposer des offres d'emplois aux associés. La moitié d'entre eux n'a pas encore trouvé de CDI.  

Reportage de Fiona Moghaddam à l'"Entreprise éphémère pour l'emploi" à Bagneux (Hauts-de-Seine)
--'--
--'--