Eure : l’association Emmaüs menacée par la suppression des contrats aidés

Les associations pourraient souffrir de la suppression des contrats aidés. Dans l’Eure, Emmaüs s’inquiète.

FRANCE 3

La fonction sociale d’insertion et de lien d’Emmaüs n’est plus à prouver. Mais face à l’ampleur de la tâche, le bénévolat ne suffit plus, et l’association doit avoir recours à des contrats aidés. "Si l’année prochaine je ne suis pas renouvelé, je vais de nouveau me retrouver au chômage", explique Nicolas Lemonnier, chauffeur-manutentionnaire chez Emmaüs. Par le biais des contrats aidés, l’État prend en charge une part importante des salaires des huit employés de ce comité des Amis d’Emmaüs.

600 emplois menacés

Chauffeur ou manutentionnaire, les métiers concernés ne semblent pas faire partie de la liste de ceux que le gouvernement veut préserver. "Nous, nous passons par les contrats aidés parce qu’en tant qu’association, nous n’avons pas les moyens d’avoir des contrats à temps plein sur le site", précise Sylvie Renard-Pinoteau, responsable du site. Sur l’ensemble de la France, ce sont 600 emplois qu’Emmaüs pourrait se voir obligé de supprimer.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le centre Emmaüs Défi, à Paris (19e), en 2012.
Le centre Emmaüs Défi, à Paris (19e), en 2012. (JACQUES DEMARTHON / AFP)