Emploi : le secteur nautique recrute à tour de bras

Le secteur du nautisme recrute. Les ventes de bateaux neufs ont augmenté de 20% cette année. Les entreprises cherchent à embaucher. Pour être candidat, il n'est pas nécessaire d'avoir un diplôme spécifique.

FRANCE 3

Dans les travées du salon du nautisme, la plupart des gens sont la tête en l'air et les yeux rêveurs devant de somptueux voiliers. Et puis il y a Numa Léger, tout juste sorti d'école d'ingénieur. Et ça tombe bien, car cette année, au salon du nautisme, on recrute à tour de bras. Très vite, Numa décroche un rendez-vous avec l'un des leaders du marché.

Une sécurité de l'emploi mais de faibles salaires

Pas de temps à perdre : Céline Laverdure doit recruter 500 personnes dans les mois à venir. Le salon est pour elle un immense vivier de main-d'œuvre. Ces dernières années, les ventes de bateaux de plaisance ont fortement augmenté. Pour faire face, les industriels doivent s'adapter. Nous nous sommes rendus près de La Rochelle (Charente-Maritime), l'un des berceaux de l'industrie nautique, où les besoins en main-d'œuvre explosent. En cinq ans, les effectifs ici ont doublé, mais ce n'est pas suffisant, car il manque encore une centaine d'ouvriers pour respecter les délais des carnets de commandes.

Pour rattraper son manque de personnel et tenir les délais, l'entreprise a monté sa propre école dans un coin de l'usine. Ici, on forme tout le monde, avec ou sans diplôme. Il y a encore quelques mois, la plupart de ces élèves étaient très loin du monde du nautisme. Tous sont là pour la stabilité de l'emploi, pas forcément pour le salaire, car ici, on débute au SMIC. Malgré les primes, les salaires dans l'industrie nautique restent plutôt faibles. C'est bien souvent l'un des principaux obstacles au recrutement dans le secteur.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un bateau du fabricant français Bénéteau au 55e Salon nautique international de Paris, le 4 décembre 2015.
Un bateau du fabricant français Bénéteau au 55e Salon nautique international de Paris, le 4 décembre 2015. (MIGUEL MEDINA / AFP)