Vidéo Assurance-chômage : "C'est une honte, cette réforme doit absolument être abandonnée" affirme Adrien Quatennens

Publié
Article rédigé par
Radio France

Les syndicats ont annoncé mardi que la réforme de l'assurance-chômage entrera partiellement en vigueur le 1er juillet prochain après une ultime séance de concertation avec le ministère du Travail.

La réforme de l'assurance-chômage entrera en vigueur le 1er juillet avec un nouveau mode de calcul de l'indemnisation des demandeurs d'emploi malgré les réticences des syndicats. "C'est une honte, cette réforme doit absolument être abandonnée", a déclaré mercredi 3 mars sur franceinfo Adrien Quatennens, député du Nord, coordinateur de La France insoumise. "Vu la situation aujourd'hui avec l'OFCE qui nous annonce quelque 800 000 suppressions d'emploi en 2021 cette réforme est honteuse", ajoute le député .

"Déjà avant la crise du Covid-19, cette réforme était honteuse", explique le député LFI car le gouvernement "part de l'idée qu'en diminuant l'accès à l'indemnisation du chômage ce serait une politique de retour à l'emploi. Avec cette réforme, 40% des indemnisés vont perdre sur leurs indemnités chômage". Pour Adrien Quatennens, "c'est absolument ridicule. Les chômeurs ne sont pas responsables de leur chômage. Nous manquons essentiellement de créations d'emplois pas de travail au sens de tâches à accomplir, mais d'emplois."

Le nombre de demandeurs d'emploi augmente plus vite que le nombre d'emplois créés parce que depuis 2002 le temps de travail est bloqué.

Adrien Quatennens, député LFI

à franceinfo

Pour faire baisser le chômage, Adrien Quatennens explique qu'il "faut une baisse du temps de travail, un partage du temps de travail. Travailler moins pour travailler mieux et travailler tous. La France insoumise souhaiterait que les 35 heures soient véritablement appliquées et pourquoi pas qu'on aille vers les 32 heures, qu'on puisse avoir une sixième semaine de congés payés et la retraite à 60 ans."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.