VRAI OU FAKE Un chômeur sur cinq touche-t-il vraiment plus que son ancien salaire ? On a décortiqué les chiffres de Muriel Pénicaud

L'affirmation de la ministre du Travail s'appuie sur une statistique de Pôle emploi, dont le mode de calcul est contesté par les spécialistes de l'assurance chômage. Selon eux, "le salaire est toujours supérieur à l'allocation".

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, le 26 février 2019 à Matignon, lors d\'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre, Edouard Philippe, sur la réforme de l\'assurance chômage.
La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, le 26 février 2019 à Matignon, lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre, Edouard Philippe, sur la réforme de l'assurance chômage. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

La statistique s'est invitée en plein débat sur la réforme de l'assurance chômage, après l'échec des négociations entre les partenaires sociaux. Lors d'une conférence de presse, le 26 février, Edouard Philippe a évoqué "les cas où le montant de l'allocation chômage mensuelle est plus élevé que le salaire mensuel moyen perçu antérieurement""Cela concerne un demandeur d'emploi sur cinq", a affirmé la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

"Est-il vrai qu'un chômeur sur cinq touche plus que la moyenne de ses salaires ?" La question nous a été posée dans le live de franceinfo par un(e) internaute anonyme. En plus de susciter des interrogations, cette donnée mise en avant par l'exécutif a provoqué la colère des syndicats. A la sortie du ministère du Travail, Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, a dénoncé un chiffre "polémique" et "caricatural" qui "permet de dire que les chômeurs profitent du système""alors que la plupart ne choisissent pas quand ils travaillent". Qu'en est-il réellement ? Pour comprendre, nous nous sommes plongés dans le mode de calcul de l'assurance chômage.

"Le salaire est toujours supérieur à l'allocation"

D'où Muriel Pénicaud tenait-elle ses chiffres ? La question est restée sans réponse jusqu'à la publication, le 29 mars, d'une fiche de Pôle emploi (PDF), "réalisée à la demande du ministère", précise d'emblée l'organisme. Celui-ci y affirme effectivement que sur la période étudiée, entre 2015 et 2017, l'allocation mensuelle nette était supérieure au salaire mensuel net antérieur pour "21% des ouvertures de droits".

Pour obtenir ce pourcentage, Pôle emploi a calculé un "taux de remplacement", dont la méthode statistique est contestée. "Ce qu'on appelle 'taux de remplacement' dans l'analyse de l'assurance chômage, c'est le rapport entre l'allocation journalière et le salaire journalier de référence", explique à franceinfo le sociologue Mathieu Grégoire, chercheur au CNRS et spécialiste de la question. Exemple : "Si vous gagnez 70 euros par jour, vous aurez droit à 40 euros d'indemnisation chômage", calcule-t-il. Votre taux de remplacement sera donc de 57,1% (40/70 x 100).

En le calculant de cette façon, c'est simple, "le salaire est toujours supérieur à l'allocation", affirme Mathieu Grégoire. "Il y a beaucoup de plafonds dans la réglementation actuelle qui empêchent de gagner plus en chômant qu'en travaillant" : par exemple, dans le cas d'un salarié ayant perdu son emploi à temps plein, l'allocation journalière ne peut dépasser 75% du salaire journalier de référence, comme le rappelle l'Unédic.

Quoi qu'il arrive, vous avez toujours intérêt financièrement à toucher un salaire plutôt qu'une allocation chômage, parce que le système d'indemnisation est conçu de cette manière-là.Mathieu Grégoire, sociologueà franceinfo

"Pôle emploi a baissé artificiellement les salaires"

Le sociologue dénonce la méthode de calcul du taux de remplacement choisie ici par Pôle emploi, fondée "non plus sur des données journalières" mais sur des données mensurelles. "Et Pôle emploi a tout mélangé : des mois où vous avez travaillé beaucoup et des mois où vous avez travaillé une heure seulement." Ce faisant, "Pôle emploi a baissé artificiellement les salaires", affirme l'expert, qui le démontre en s'appuyant sur le simulateur d'indemnisation chômage développé par son laboratoire et en appliquant la convention d'assurance chômage de 2014, afin de reproduire le calcul de Pôle emploi. 

Premier cas de figure : sur un an, un salarié a travaillé pendant quatre mois pour un salaire proche du smic (1 500 euros brut). Il n’a pas travaillé avant et n'a pas travaillé après. En quatre mois, il a ainsi touché 6 000 euros (1 500 euros x 4). Son salaire moyen est donc de 1 500 euros (6 000 euros divisés par 4). Son allocation mensuelle sera de 956 euros. Son taux de remplacement, c'est-à-dire le rapport entre son allocation mensuelle et son salaire moyen, sera de 63,7% (956 divisés par 1 500, multipliés par 100).

Second cas de figure : sur un an, un salarié a travaillé quatre mois pour 1 500 euros brut, mais a en plus travaillé un jour par mois durant les huit mois précédents pour 50 euros par jour. Il n'a travaillé ni avant ni après ces 12 mois. Il a donc perçu un salaire total de 6 400 euros : 6 000 euros (1 500 euros x 4 mois) + 400 euros (50 euros x 8 jours). Son allocation mensuelle est de 956 euros, comme dans le premier cas de figure, mais son salaire moyen n'est que de 533 euros (6 400 euros sur 12 mois travaillés). Par conséquent, son taux de remplacement est bien plus élevé : 179,4% (956 euros divisés par 533, multipliés par 100). Il serait donc comptabilisé dans les chômeurs dont l'allocation est plus élevée que l'ancien salaire, évoqués par Muriel Pénicaud. Tout cela pour huit jours seulement de travail de différence, étalés sur huit mois.

Mathieu Grégoire déplore cette statistique à la "construction bizarre" qui "permet de dire qu'on gagne plus au chômage qu'en travaillant". Interrogée par franceinfo, Claire Vivès, chercheuse au Centre d'études de l'emploi et du travail, confirme cette analyse et dénonce "une manipulation malhonnête".

Ils ont fabriqué un indicateur ad hoc pour trouver ce qu'ils voulaient prouver.Claire Vivès, chercheuse au Centre d'études de l'emploi et du travailà franceinfo

L'Unédic contredit-elle Pôle emploi ? 

Contacté par franceinfo pour expliquer ses choix, Pôle emploi n'a pas donné suite. Mais une autre statistique, dénichée par plusieurs sites d'information, s'est invitée dans le débat. Elle émane cette fois de l'Unédic, l'organisme de gestion de l'assurance chômage piloté par les syndicats et le patronat. Elle a été publiée le 27 mars, deux jours avant celle de Pôle emploi, dans une fiche de synthèse (PDF) produite dans le cadre de la négociation entre les partenaires sociaux. 

L'Unédic y étudie la situation des allocataires avant et après le début de leur indemnisation. Dans 4% des cas, ils ont travaillé moins de 25% de l'année précédant leur entrée au chômage ; ces 4% sont aussi les seuls pour lesquels l'indemnisation nette moyenne calculée par l'Unédic est supérieure à leur salaire net moyen. Il n'en fallait pas plus pour que cette statistique soit opposée aux 21% de Pôle emploi.

Là aussi, le calcul n'est pas fait par jour, comme il est d'usage de le faire selon Mathieu Grégoire, mais par mois. Contactée par franceinfo, l'Unédic "ne prétend pas avoir le chiffre ou le ratio juste", mais défend une méthode qui a le mérite d'être "symétrique". La comparaison est en effet faite entre le salaire net perçu sur les 12 mois précédant l'ouverture des droits et l'indemnisation nette perçue sur les 12 mois suivants. Et, contrairement à celui de Pôle emploi, le calcul s'appuie sur les règles de la convention d'assurance chômage en vigueur, datant de 2017.

Il n'est pas pertinent de mettre les deux études dos à dos. On ne cherche pas la même chose. On essaie de documenter les parcours des allocataires. L'objectif est de regarder [si l'allocation provoque] une désincitation à reprendre le travail. Et la réponse est non.L'Unédicà franceinfo

Là encore, avec cette autre méthode de calcul mensuelle, il est donc "possible", reconnaît l'Unédic, que des allocataires perçoivent des indemnités supérieures à leurs salaires, mais il s'agit de "cas très particuliers, très divers, très éloignés du marché de l'emploi". "Des personnes malades ou parties à l'étranger, ou encore des étudiants qui ont eu un petit job uniquement pendant l'été", énumère l'organisme. 

"Une allocation théorique maximum"

Mathieu Grégoire et Claire Vivès jugent surtout que la statistique de Pôle emploi "ne correspond à aucune réalité avérée". Car elle repose sur "une allocation théorique maximum et pas du tout une allocation réelle". "Ce n'est pas ce que perçoivent les personnes, c'est ce qu'elles percevraient si elles ne travaillaient pas du tout. Or les gens concernés par cette statistique sont ceux qui alternent emploi et chômage", insiste le sociologue. "Ces allocataires ne consomment pas leur allocation comme ça", confirme Claire Vivès.

Pôle emploi le reconnaît dans sa note : "Les allocataires ayant un taux de remplacement mensuel net supérieur à 100% ont connu une activité très morcelée." "Ils travaillent de manière fragmentée, au long cours, et alternent chômage et emploi. Ils ne touchent donc pas l'allocation théorique maximum calculée", écrit elle aussi l'Unédic.

Au contraire, ces allocataires ont même "de très petites indemnités", souligne Claire Vivès. Si l'on reprend le calcul de l'Unédic, les 4% d'allocataires susceptibles d'avoir perçu une allocation supérieure à leur salaire ont potentiellement touché 290 euros d'indemnisation en moyenne mensuelle pour un salaire de 220 euros et avaient généré seulement cinq mois de droit au chômage. Selon l'organisme, "plus les gens sont précaires, travaillent sur de petites périodes fragmentées avec de petits revenus, et touchent de petites indemnités, et plus ils reprennent vite le travail."

Cela ne correspond pas à l'image selon laquelle les chômeurs profiteraient du système.L'Unédicà franceinfo

Un "soupçon" de manœuvre politique

C'est bien ce que redoutent les experts : l'utilisation politique de cette statistique. L'idée est de pointer du doigt des "profiteurs", affirme Mathieu Grégoire, qui s'interroge : "En quoi peut-on dire qu'il y a un bon chômeur parce qu'il a un taux de remplacement inférieur à 100% et un mauvais chômeur parce que son taux de remplacement est supérieur à 100% et que cela correspondrait à un dysfonctionnement ? L'un a juste travaillé quelques mois pendant un an, quand l'autre a travaillé quelques heures par-ci par-là tout au long de l'année."

Il n'y a pas d'autre justification à cette manipulation que de vouloir attaquer le système d'assurance chômage.Claire Vivès, chercheuse au Centre d'études de l'emploi et du travailà franceinfo

Mathieu Grégoire en veut pour preuve "l'ordre dans lequel les choses se sont déroulées". "Le travail des services statistiques doit être de décrire la réalité du marché du travail, ensuite les politiques s'en emparent. Là, le gouvernement donne un chiffre pendant un mois, on ne sait pas d'où il vient, on n'a pas la méthode de calcul, et Pôle emploi finit par donner le chiffre qu'a cité la ministre. On n'imagine pas Pôle emploi contredire la ministre. Ça n'est pas sain et ça crée du soupçon." Contacté par franceinfo, le ministère du Travail n'a pas répondu.

En résumé…

• Pôle emploi a fait une étude "à la demande du ministère", selon laquelle 21% des chômeurs peuvent toucher une allocation supérieure à leur ancien salaire.

• Pôle emploi s’est fondé sur des moyennes mensuelles de salaire. Des spécialistes de l’assurance chômage contestent cette méthode, car elle intègre des jours non travaillés, ce qui fait "baisser artificiellement" les anciens revenus de l’allocataire.

Ces spécialistes dénoncent une "manipulation" des chiffres. Si on effectue le calcul en prenant en compte uniquement les jours travaillés, un tel résultat est "impossible" selon eux : "Le salaire est toujours supérieur à l’allocation."