RSA : Du bénévolat pour reprendre pied

Alors que le RSA est soumis à l'obligation de rechercher un emploi, ou en tout cas de suivre un projet professionnel, le départ du Haut-Rhin a décidé, en 2016, d'imposer à ces allocataires des heures de bénévolat, ce qu'a annulé la justice. Le département encourage cependant ses allocataires à recourir au bénévolat.

Cette vidéo n'est plus disponible

Phrase par phrase, Thierry Collet veille à la bonne prononciation. Depuis trois mois, il est le tuteur de Damousso dans son apprentissage de la lecture. Un travail bénévole pour ce bénéficiaire du RSA. Pour lui, ce bénévolat, encouragé par le conseil départemental du Haut-Rhin, c'est aussi l'occasion de rencontrer, pourquoi pas, de futurs employeurs. "J'ai toujours mes CV sur moi", explique Thierry Collet.

"Trouver un travail directement"

Ce chemin du bénévolat, Ambroise Schirmer l'a lui aussi emprunté lorsqu'il était au RSA. Grâce à cette expérience, il a pu intégrer une formation d'animateur. A 32 ans, et après quatre années passées au RSA, il envisage enfin aujourd'hui son avenir professionnel. "L'idéal, se serait de trouver un travail directement en sortant de formation et puis ensuite ce sera une page de tournée", explique-t-il. Dans 14 mois, il sera diplômé et de retour sur le chemin de l'emploi.

Le JT
Les autres sujets du JT
\"Il y a vraiment une grande solidarité de la part des populations locales. On a recruté beaucoup de grecs ces dernières semaines\", reconnaît la chargée de mission de MSF. A l\'image de ce bénévole qui nettoie le camp, le 6 mars 2016.
"Il y a vraiment une grande solidarité de la part des populations locales. On a recruté beaucoup de grecs ces dernières semaines", reconnaît la chargée de mission de MSF. A l'image de ce bénévole qui nettoie le camp, le 6 mars 2016. (KAY NIETFELD / DPA)