Cet article date de plus de trois ans.

Recul du chômage de 1% : "On ne sort pas du chômage de masse, mais cela va mieux", estime l'économiste Éric Heyer

"C'est une information supplémentaire qui indique que cela va mieux", a précisé l'économiste mercredi sur franceinfo.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Eric Heyer directeur des Analyses et Prévisions à l'OFCE, le 19 janvier 2018. (PHILIPPE CH?REL / MAXPPP)

Pôle emploi a publié les premières statistiques trimestrielles. "Globalement, c'est mieux de parler du trimestriel que du mensuel, c'est plus fiable", a estimé Éric Heyer directeur des Analyses et Prévisions à l'OFCE, mercredi 25 avril sur franceinfo. Le nombre de demandeurs d'emploi a connu un recul de 1% en France métropolitaine dans la catégorie A au premier trimestre 2018 par rapport au dernier trimestre de 2017, soit 33 000 chômeurs de moins selon les chiffres communiqués par le ministère du Travail. Il a baissé de 1,4% sur un an. On dénombre 3 435 900 chômeurs pour la catégorie A. "On ne sort pas du chômage de masse mais ces chiffres représentent une information supplémentaire qui indique que cela va mieux", a ajouté l'économiste.

franceinfo : Est-ce que ces chiffres montrent que la France sort du chômage de masse ?

Éric Heyer : On ne sort pas du chômage de masse dans le sens où le niveau de chômage est extrêmement élevé mais c'est une information supplémentaire qui indique que cela va mieux. Cela ne date pas de ce trimestre-ci : l'économie française a recommencé à créer des emplois en nombre suffisant pour faire baisser le chômage depuis maintenant deux ans, deux ans et demi. Globalement, c'est mieux de parler du trimestriel que du mensuel, c'est plus fiable, car les chiffres mensuels il faut toujours s'en méfier pour toutes les statistiques économiques. Le problème c'est qu'il y a deux statistiques du chômage, il y a celle de Pôle emploi, et celle de l'Insee qui est la statistique officielle, car c'est la statistique du Bureau international du travail (BIT).

Ces statistiques, de Pôle emploi et du BIT, sont-elles identiques sur la baisse du chômage notamment ?

Elles ne sont pas complètement raccord. Elles sont raccord sur la tendance car elles indiquent une baisse. On n'a pas encore les chiffres de l'Insee pour le premier trimestre, mais globalement, sur une année ça nous indique une baisse, mais la baisse de l'Insee est beaucoup plus importante que la baisse annuelle de Pôle emploi. Celle de Pôle emploi parle de 50 000 alors que l'Insee avance une baisse aux alentours de 270 000. Dans un cas de figure on peut parler de légère baisse et dans l'autre, c'est une baisse très conséquente. On n'a rarement vu une baisse aussi forte du chômage. De toute façon, pour les économistes on ne fait des prévisions que sur le BIT parce que c'est une statistique qui nous permet de nous comparer aux autres pays. La méthodologie est identique alors que celle de Pôle emploi est franco-française. C'est pour cela que le BIT est plus intéressant.

Dans les créations d'emplois y-a-t-il plus d'emplois précaires par rapport aux CDI ?

Oui c'est vrai et ce n'est pas nouveau car c'est une tendance depuis 2000 date à laquelle a commencé cette statistique, avec des contrats signés de moins d'un mois. Il y a 25 millions de contrats qui sont signés en France chaque année, dont 90% de CDD et 75 à 80% de CDD de moins d'un mois, alors que ce chiffre était à 40% en 2000. Il y a donc une explosion des CDD de moins d'un mois. Vous pouvez retrouver un emploi, mais de quelques jours ou d'une semaine et vous passez de CDD en CDD avec une transformation en CDI qui est extrêmement lente. Les dernières statistiques de l'Insee annoncent une stabilisation à ce niveau élevé. Il faut regarder la qualité de l'emploi. Ce qui est rassurant, c'est que contrairement à ce qui se passe en moment, il y a deux ans on avait une précarisation de l'emploi et en même temps un chômage qui augmente. C'est mieux une baisse du chômage qu'une hausse c'est évident. Avoir un petit boulot est-ce mieux que de rester au chômage ? Est-ce une passerelle vers le CDI ? C'est la question à laquelle on arrive à répondre pour l'Allemagne qui a fait ce choix dans les années 2003-2004 et ce que nous disent les dernières statistiques pour l'Allemagne c'est que malheureusement quand vous avez un petit boulot vous avez du mal à en sortir. Attention au fait d'enfermer les gens dans les petits boulots.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chômage

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.