Cet article date de plus de huit ans.

Les diplômés des grandes écoles de plus en plus touchés par le chômage

28% des jeunes diplômés de grandes écoles depuis moins de trois ans sont actuellement à la recherche d'un emploi, selon un sondage Deloitte et Ifop.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une majorité des jeunes diplômés (58%) juge ses chances de trouver un travail dans les six mois peu élevées, selon une étude réalisée par le cabinet Deloitte et l'institut Ifop, et publiée le 25 février 2013. (FRED DUFOUR / AFP)

Après de longues études, le chômage ? 28% des jeunes diplômés de grandes écoles depuis moins de trois ans sont actuellement à la recherche d'un emploi, selon le Baromètre de l'humeur des jeunes diplômés, réalisé par le cabinet Deloitte et de l'institut de sondage Ifop publié lundi 25 février. Cette proportion a quasiment doublé en un an, selon Europe 1.

Une majorité des jeunes diplômés (58%) juge ses chances de trouver un travail dans les six mois peu élevées, les plus pessimistes se situant en région (62%). En recherche d'emploi depuis 15 semaines en moyenne, 38% n'ont eu aucun entretien, 12% un seul et 20% deux occasions. "Autre conclusion de l'étude Deloitte : les diplômés d'IUT et les titulaires de licence sont plus rapidement embauchés que les autres. Ainsi, plus de la moitié des diplômés d'un bac +2 décrochent un emploi dès le premier entretien, contre 38% des jeunes sortant de grandes écoles", relève Europe 1.

Un avenir à l'étranger

Parmi les jeunes interrogés, 55% ont un travail. Pour décrocher le poste qu'ils occupent, ces derniers déclarent, en moyenne, avoir transmis 16 curriculum vitae. Les diplômées en ont envoyé davantage (19) que leurs homologues masculins (11). Le temps moyen pour décrocher cet emploi a été de dix semaines. Lorsqu'ils sont interrogés, 68% des jeunes en poste ont un CDI, 32% un CDD. La proportion grimpe à 76% pour les diplômés de grandes écoles, mais n'est que de 43% pour les diplômés d'un IUT.

Une proportion importante (27%) et croissante des jeunes diplômés cherchant un travail pensent que leur avenir professionnel se situe à l'étranger plutôt qu'en France. Lors du premier baromètre en 2012 (PDF), ils n'étaient que 13% à envisager une meilleure carrière hors des frontières françaises.

 

L’étude porte sur un échantillon de 1005 personnes, représentatif des jeunes ayant achevé leurs études, titulaires d’un diplôme de niveau BAC à BAC +5 depuis moins de 3 ans, en poste ou en recherche d’emploi dans le secteur privé. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 22 au 31 janvier 2013.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chômage

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.