Le nombre de chômeurs atteint un nouveau record en mai

Le ministère du Travail a annoncé jeudi que le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A avait bondi de 0,7% pour atteindre un niveau record de 3,388 millions de personnes sans activité en métropole.

L\'accueil de l\'agence Pôle emploi de Rennes (Ille-et-Vilaine), le 21 mai 2014.
L'accueil de l'agence Pôle emploi de Rennes (Ille-et-Vilaine), le 21 mai 2014. (MAXPPP)

Les chiffres du chômage poursuivent leur hausse. Le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A, sans activité, a augmenté de 0,7% au mois de mai, soit une hausse de 4,1% en un an. Selon les données publiées jeudi 26 juin par le ministère du Travail, leur nombre atteint un nouveau record, en s'établissant désormais à 3 388 900 en France métropolitaine, soit 24 800 de plus en un mois.

En incluant les chômeurs ayant eu une activité réduite, 5 020 200 demandeurs d'emploi ont été recensés à la fin du mois de mai. Là aussi, le chiffre est en hausse : +0,7%. "Ces chiffres ne sont pas bons, ils sont le reflet d'une croissance plus faible que prévue au premier semestre", précise le ministère du Travail, qui estime que les efforts du gouvernement "doivent permettre d'endiguer cette progression au second semestre".

Le chômage des seniors poursuit sa hausse

Dans son communiqué, le ministère attire l'attention sur la situation des moins de 25 ans : dans cette catégorie, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A augmente légèrement (+ 2 200), mais sur un an, rappelle le gouvernement, le chiffre est en baisse de 3,5%. A contrario, la situation des seniors reste critique avec, en un an, +11,5% de demandeurs d'emploi chez les 50 ans ou plus.

Dans la matinée, le ministre du Travail, François Rebsamen, avait anticipé ces mauvaises statistiques, estimant que les chiffres mensuels du chômage "ne veulent pas dire grand-chose", à moins de les étudier sur une longue période. Il a réaffirmé un objectif "limité" mais "clair" pour le gouvernement : "Que le taux de chômage (...) reste sous les 10%", avec "une stabilisation à la fin de l'année". Mais l'exécutif doit faire face au scepticisme des Français, qui estiment à 74% que le chômage ne baissera pas d'ici à la fin du quinquennat de François Hollande en 2017, selon un sondage Tilder-LCI-OpinionWay publié jeudi.