L'OCDE prévoit une "légère" inversion de la courbe du chômage en France à la fin de l'année

L'organisation préconise des "réformes structurelles du marché du travail" pour améliorer ce résultat.

Le chômage atteindrait 10,1% au premier trimestre 2015, puis 10,2% au deuxième, avant de redescendre à 10,1% en fin d\'année, puis à 10% fin 2016.
Le chômage atteindrait 10,1% au premier trimestre 2015, puis 10,2% au deuxième, avant de redescendre à 10,1% en fin d'année, puis à 10% fin 2016. (MAXPPP)

Après une nouvelle augmentation, le chômage devrait enfin commencer à baisser en France. L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) s'attend en effet à une "légère" inversion de la courbe du chômage durant la seconde moitié de 2015, après un pic en milieu d'année, selon ses dernières perspectives, publiées mercredi 3 juin.

Cette inversion s'annonce toutefois plus que timide. Le chômage devrait atteindre 10,1% de la population active métropolitaine au premier trimestre 2015 (+0,1 point par rapport à fin 2014), puis 10,2% au deuxième, avant de redescendre à 10,1% en fin d'année, puis à 10% fin 2016, selon l'OCDE. Ces prévisions confortent celles du ministre du Travail François Rebsamen, qui attend "une baisse du nombre de demandeurs d'emploi en fin d'année".

Appel à des "réformes structurelles du marché du travail"

"La faible confiance des entreprises pèse toujours sur les investissements, ce qui implique une reprise retardée des embauches et une baisse seulement légère du chômage" ces prochains trimestres, écrit l'OCDE, qui se base sur une prévision de croissance de 1,1% en 2015 et de 1,7% l'année suivante. Pour accélérer la marche, l'organisation internationale recommande, en "priorité", de mener des "réformes structurelles du marché du travail".

L'OCDE conseille aussi au gouvernement de favoriser la montée en "compétences", notamment par une augmentation "significative" de l'apprentissage dans le secondaire, pour "alimenter la croissance sur le long terme".