Cet article date de plus de cinq ans.

L'Insee anticipe un nouveau recul du chômage pour début 2018

L'Institut de statistiques publie, mardi, des prévisions optimistes, fondées notamment sur une croissance économique solide.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une agence de Pôle emploi, à Dunkerque, le 8 mars 2017. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

La France "garde la cadence", selon l'Insee. Après une hausse au troisième trimestre, le taux de chômage devrait reprendre sa baisse, selon des prévisions publiées mardi 19 décembre par l'Institut de statistiques. Son indicateur devrait descendre de 9,7% à 9,4% de la population active en France, d'ici à mi-2018. 

Un croissance de 1,9% en 2017

Après avoir reculé à 9,5% mi-2017, son plus bas niveau depuis début 2012, le taux de chômage, mesuré par l'Institut national de la statistique, selon les normes du Bureau international du travail (BIT), est remonté à 9,7% au 3e trimestre. Selon l'Insee, il devrait redescendre à 9,5% au 4e trimestre 2017, puis à 9,4% au 2e trimestre 2018. Ces légères baisses seraient dues à des créations nettes d'emplois plus nombreuses que l'augmentation de la population active : à horizon mi-2018, la population active devrait augmenter de 21 000 personnes, alors que quelque 98 000 emplois seraient créés sur la même période.

Dans le détail, l'Insee anticipe 160 000 postes salariés de plus dans le secteur marchand non agricole, 6 000 dans le secteur agricole et 3 000 non-salariés supplémentaires. "Les chefs d'entreprise demeurent optimistes sur l'évolution de leurs effectifs, en lien avec une croissance de l'activité qui resterait soutenue", analyse l'Institut, qui s'attend par ailleurs à une croissance de 1,9% en 2017. L'Insee prévoit dans le même temps 68 000 destructions de postes dans le secteur non marchand (fonction publique, associations...), "du fait de la nette diminution du nombre de contrats aidés".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chômage

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.