Industrie : Ford va fermer l'usine de Blanquefort

Bruno Le Maire a dénoncé jeudi 13 décembre la décision de Ford de ne pas accepter l'offre de reprise de son usine de Blanquefort (Gironde), près de Bordeaux, qui emploie 850 personnes. Le ministre de l'Économie doit s'entretenir avec le patron de Ford Europe, vendredi 14 décembre.

France 3

Les fêtes de fin d'année auront un goût amer dans la ville de Blanquefort (Gironde). Après l'annonce de la fermeture de l'usine Ford, les habitants sont consternés. Il est difficile, en effet, d'imaginer la ville sans le constructeur américain. L'usine Ford était installée ici depuis 1972, autant dire qu'elle faisait partie du décor. Après le choc, ses 850 salariés sont déterminés à se battre. Les Blanquefortais sont à leurs côtés.

L'usine avait bénéficié de 25 millions d'euros d'argent public

Les élus, eux aussi, sont mobilisés, comme la maire, Véronique Ferreira. Elle est en colère, car Ford avait bénéficié de l'appui financier de l'État et des collectivités locales, à hauteur de 25 millions d'euros d'argent public. Au-delà de l'impact économique sur la ville, l'effet psychologique est important. Chacun, à Blanquefort, connaît quelqu'un qui travaille dans cette usine.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ministre de l\'Economie, Bruno Le Maire, et le maire de Bordeaux, Alain Juppé, participent à une réunion sur l\'avenir de l\'usine de Blanquefort (Gironde), le 15 octobre 2018.
Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, et le maire de Bordeaux, Alain Juppé, participent à une réunion sur l'avenir de l'usine de Blanquefort (Gironde), le 15 octobre 2018. (NICOLAS TUCAT / AFP)