Indre-et-Loire : des chômeurs victimes d'une arnaque à la fausse offre d'emploi

Après avoir reçu jusqu'à cinq plaintes hebdomadaires, le commissariat de Tours (Indre-et-Loire) et Pôle emploi lancent une mise en garde contre une escroquerie à la fausse offre d'emploi qui aurait fait des centaines de victimes, rapporte France Bleu Touraine, lundi.

Des personnes consultent des offres d\'emploi à Lille, le 28 mai 2015. (Photo d\'illustration)
Des personnes consultent des offres d'emploi à Lille, le 28 mai 2015. (Photo d'illustration) (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Le commissariat de Tours (Indre-et-Loire) et Pôle emploi ont lancé une mise en garde contre une escroquerie à la fausse offre d’emploi, rapporte France Bleu Touraine, lundi 12 mars. Ces six derniers mois, il y a eu jusqu'à cinq plaintes par semaine déposées au commissariat de Tours.

En Indre-et-Loire, des dizaines, voire des centaines de chômeurs tourangeaux ont été victimes de cette arnaque. Les offres d'emplois qui portent le plus souvent sur des postes dans le secteur des services sont déposées sur des sites d'annonces entre particuliers. Bien rédigées, sans faute d'orthographe, elles portent parfois le logo Pôle emploi. Ensuite, les échanges entre le candidat et le recruteur se déroulent par mail, ou par téléphone. Rapidement, le prétendu employeur propose d'envoyer 1 000 ou 2 000 euros, par chèque, pour que son nouvel employé s'achète du matériel.

Quand le chèque arrive, le montant est supérieur de quelques centaines d'euros à ce qui avait été annoncé. L'employeur rappelle dans la foulée. Il explique que la comptable a fait une faute et qu'il faut rembourser rapidement la différence, grâce à un virement par carte prépayée qui lui permet de récupérer la somme en liquide. Une somme que le demandeur d'emploi ne reverra jamais puisque le chèque qu'il a reçu est faux, ou volé ou impossible à encaisser.

Se méfier des "offres mirobolantes"

Des fraudes que Christine Delorme, la directrice déléguée de Pôle Emploi en région Centre-Val-de-Loire "voit régulièrement" mais qui "se spécialisent" et "deviennent de plus en plus professionnelles", constate-t-elle sur franceinfo.

"Il y a trois points qui doivent mettre en alerte une personne qui va se positionner sur une offre d'emploi", explique Christine Delorme. D'abord se méfier des "offres mirobolantes", c'est-à-dire qui proposent des salaires très attractifs et donc irréalistes. Ensuite, "l'employeur ne doit jamais demander d'argent à la personne".  Enfin dernier point de vigilance, "ne jamais fournir de pièces personnelles tant que l'on n'a pas eu un entretien en face-à-face ou que l'on a un accord de recrutement avec l'entreprise".