Financement du RSA : les départements alertent les candidats à la présidentielle

Les élus des départements demandent une rallonge d'au moins 300 millions d'euros pour payer le RSA. Dans le Nord, les radiations se multiplient.

France 3

À 53 ans, Béatrice Hollestelle perçoit le Revenu de solidarité active (RSA). Il s'élève à 305 euros par mois. Ces derniers jours, elle a reçu plusieurs courriers de Pôle Emploi, de la CAF ou encore du Conseil départemental. Sous peine de sanctions, voire de radiation, elle doit prouver qu'elle cherche du travail. Pourtant, elle estime remplir tous les critères. Le RSA est cofinancé par les départements et l'État. Dans le Nord, 14% des ménages perçoivent cette prestation sociale, soit plus de 150 000 personnes. De plus en plus de bénéficiaires et des montants revalorisés chaque année.

De 20 à 40 départements dans le rouge

Résultat : des finances plombées pour les départements. Une situation intenable pour le président des départements de France. Dominique Bussereau milite pour aller débusquer les fraudeurs. À l'association Agir ensemble contre le chômage, les appels de personnes en détresse se multiplient. Son dirigeant dénonce une véritable chasse aux plus précaires. Cette année, entre 20 et 40 départements n'auraient plus les moyens de financer le RSA. Une aberration dénoncée par les élus départementaux. Mercredi 8 mars, ils écouteront attentivement les propositions des candidats à la présidentielle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un panneau d\'orientation devant une agence de Pôle Emploi, à Montpellier, le 27 avril 2016.
Un panneau d'orientation devant une agence de Pôle Emploi, à Montpellier, le 27 avril 2016. (PASCAL GUYOT / AFP)