Chômage partiel : les indemnisations de l'État bientôt en baisse

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Chômage partiel : les indemnisations de l'État bientôt en baisse
Article rédigé par
C.Tixier, N.Bidard, T.Cuny, G.Messina, E.Daeschler, C.De Chassy - France 2
France Télévisions

2,3 millions de salariés du privé sont en activité partielle, et donc directement indemnisés par l'État. Le gouvernement a annoncé une baisse des indemnisations, qui sera toutefois reportée à la fin du mois de juin 2021. 

L'activité est réduite chez ABCD'R Décoration, une entreprise d'événementiel de région parisienne : une seule machine fonctionne lors de la venue des équipes de France Télévisions. Les quatre salariés de l'entreprise sont au chômage partiel depuis plus d'un an. Il est pris en charge intégralement par l'Etat. 

L'aide, prévue pour les secteurs les plus touchés, va toutefois baisser. Les entreprises devront désormais prendre en charge une partie du chômage partiel : 15% en juillet, puis 40% au mois de septembre. Soit "1 000 euros par mois" de dépense supplémentaires dès cet été pour Philippe Schaeffer, le gérant. "Je pourrais l'assurer quelques mois, ajoute ce dernier. Sans une date de reprise effective, je ne vois pas comment on peut prendre à notre charge ce différentiel. Je serai obligé de me séparer peut-être d'une ou deux personnes." 

En fonction de la situation sanitaire 

Situation similaire chez un autocariste en Alsace. Sa vingtaine de salariés est toujours au chômage partiel. Payer un reste à charge serait un coup dur pour les finances de l'entreprise. "On prendra des fonds personnels, s'il le faut on fera un prêt pour pouvoir le payer, je n'ai pas d'autres solutions", confie Christine Fuchslock, la co-gérante. Les salariés, quant à eux, toucheront toujours 84% de les salaire net. Le ministère du Travail indique toutefois que rien n'est encore acté, et que la situation pourrait évoluer en fonction de la situation sanitaire. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Chômage

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.