Baisse du chômage de 0,7 point au 2e trimestre, en "trompe-l'œil" à cause du confinement

Comme lors des trois premiers mois de l'année, le nombre de demandeurs d'emplois est en baisse au deuxième trimestre, selon l'Insee. Mais le confinement y est pour beaucoup.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une agence Pôle emploi à Paris, le 25 juillet 2020.  (HUGO PASSARELLO LUNA / HANS LUCAS / AFP)

Le taux de chômage en France (hors Mayotte) a diminué de 0,7 point au deuxième trimestre, à 7,1%, une "baisse en trompe-l'oeil" comme au premier trimestre, selon des chiffres publiés par l'Insee, jeudi 13 août. 

"La baisse du taux de chômage résulte d'un fort recul du nombre de personnes sans emploi en recherche active d'emploi pendant la période de confinement", explique l'Insee. Elle "ne traduit pas une amélioration du marché du travail mais un effet de confinement des personnes sans emploi qui l'emporte sur l'effet de hausse du nombre de personnes sans emploi", ajoute l'Institut.

Le "halo autour du chômage" en forte hausse 

Ce recul est en effet inhérent à la définition même du chômeur au sens du Bureau international du travail (BIT). Il s'agit d'une personne âgée de 15 ans ou plus qui satisfait les trois critères suivants : est sans emploi pendant la semaine de référence ; est disponible pour travailler dans les deux semaines à venir ; a effectué au cours des quatre dernières semaines une démarche active de recherche d'emploi ou a trouvé un emploi qui commence dans les trois mois. 

Déjà au premier trimestre, le taux de chômage avait reculé de 0,3 point, à 7,8%.

En revanche, le "halo autour du chômage", soit les personnes sans emploi qui en souhaitent un mais qui ne satisfont pas les autres critères du BIT pour être considérées comme chômeurs, "a nettement augmenté pendant le confinement, en miroir de la baisse du chômage", souligne l'Insee. En juin, il concernait 4,8% des personnes de 15 à 64 ans, soit + 0,9 point par rapport à juin 2019.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.