Assurance chômage : l'État obligé de reprendre la main

Les négociations sur la réforme de l'assurance chômage ont échoué. Syndicats et patronat ne sont pas parvenus à se mettre d'accord, notamment sur la question de la lutte contre les contrats précaires. C'est donc le gouvernement qui va reprendre la main.

FRANCE 3

Ils sont assis à la même table, mais ils savent déjà que tout est fini. C'était la réunion de la dernière chance pour que patronat et syndicats s'entendent pour réformer l'assurance chômage. Moins d'une heure après, tous ont quitté la table des négociations. Chaque camp se renvoie la faute. Depuis novembre, tous s'affrontent sur la question du bonus-malus, un dispositif pour décourager les entreprises de trop utiliser de contrats courts. Une mesure demandée par le gouvernement, mais toujours rejetée par le patronat. Cet échec des négociations marque un tournant pour le paritarisme dans l'assurance chômage.

L'État veut économiser 1 milliard d'euros par an

C'est maintenant le gouvernement reprend désormais la main. "Comme le prévoit la loi, si les partenaires sociaux ne concluent pas d'accord, c'est à l'État de définir les règles, et nous prendrons nos responsabilités", explique la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. De nouvelles réunions de concertation auront lieu, mais le gouvernement l'a annoncé : il veut économiser 1 milliard d'euros par an.

Le JT
Les autres sujets du JT
La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, lors d\'une session de questions au gouvernement, à l\'Assemblée nationale, le 21 mars 2018. 
La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, lors d'une session de questions au gouvernement, à l'Assemblée nationale, le 21 mars 2018.  (JACQUES DEMARTHON / AFP)