Assurance chômage : des règles plus strictes

Le gouvernement a dévoilé ses mesures pour mieux contrôler les chômeurs. 800 personnes seront recrutées pour cela à Pôle emploi d'ici 2020. Objectif : traquer la mauvaise volonté et la fraude.

FRANCE 2

C'est un nouvel arsenal de sanctions contre les demandeurs d'emploi que le ministère du Travail vient de présenter aux syndicats. Des recherches insuffisantes, ou le refus de deux "offres raisonnables" seraient plus sévèrement punis. Au premier manquement, un mois de radiation, allocations suspendues provisoirement. Au deuxième manquement, un mois de radiation et de suppression des allocations. Et au troisième manquement : quatre mois de radiation et de suppression des allocations.

Les syndicats dénoncent un projet sévère

Autre nouveauté : la création d'un "carnet de bord". CV, lettres de motivation, entretiens : les demandeurs d'emploi devront y inscrire toutes leurs démarches. Face à ces sanctions renforcées, ces chômeurs montpelliérains (Hérault) sont partagés. À l'inverse, certaines sanctions seraient allégées. Le refus d'une formation ne sera plus un motif de radiation. La sanction pour une absence à un rendez-vous passerait de deux mois à deux semaines de radiation. Ce soir, les syndicats dénoncent la sévérité de ce projet. Les équipes chargées du contrôle des demandeurs d'emploi passeront de 200 agents à 1 000 à l'horizon 2020. Ce nouveau barème de sanctions sera encore discuté avec les partenaires sociaux et devrait entrer en vigueur à la rentrée prochaine.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un homme sort d\'un bureau Pôle emploi à Nantes (Loire-Atlantique), le 15 janvier 2018.
Un homme sort d'un bureau Pôle emploi à Nantes (Loire-Atlantique), le 15 janvier 2018. (LOIC VENANCE / AFP)