Le congé menstruel, mis en place par une entreprise à Montpellier, est "une fausse bonne idée", selon Osez le féminisme

"Beaucoup de femmes hésiteront à prendre ce congé par peur d'être stigmatisées", estime Fabienne El-Khoury.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
"Dans notre société, les règles sont toujours stigmatisées", estime une porte-parole d'Osez le féminisme (YVES SALVAT / MAXPPP)

Fabienne El-Khoury, porte-parole de l’association Osez le féminisme, a estimé ce jeudi 15 avril sur franceinfo que le congé menstruel est "une fausse bonne idée". La Collective, une Scoop située à Montpellier, propose à ses salariées de bénéficier d’un jour de congé payé par mois en cas de règles douloureuses. Mais selon elle, la première étape est d'abord de "déstigmatiser" les règles dans la société.

franceinfo : Que pensez-vous de cette initiative ?

Fabienne El-Khoury : C’est une fausse bonne idée. L'intention est bonne. L'idée est bonne. On ne pense pas que les résultats de cette petite boîte peuvent être généralisés. Dans notre société, les règles sont toujours stigmatisées. On ne peut toujours pas mettre du rouge dans les publicités sur les serviettes périodiques à la télé. On pense aussi que les douleurs des femmes sont plutôt normalisées, ce qui pourrait expliquer que beaucoup de femmes sont souvent mal diagnostiquées concernant l’endométriose. D'habitude, il faut attendre sept ans en moyenne pour que les femmes soient diagnostiquées. Même les femmes ont un peu intégré le fait que leur douleur est normale. Du coup, là, on va leur demander si vous avez des règles douloureuses alors qu'elles ont intégré ça ? Beaucoup de femmes hésiteront à prendre ce congé par peur d'être stigmatisées.

Qui faut-il sensibiliser ?

Tout le monde. Spécialement les soigneurs et les soignantes, mais aussi les entreprises et même les femmes. Même une partie des femmes pensent que c'est normal. Du coup, je pense que c'est vraiment une approche globale que l’on doit avoir.

Craignez-vous que les femmes soient victimes de discrimination ?

Complètement et c'est pour cela qu'on craint que les femmes n’aillent pas le demander, car elles risquent d'être stigmatisées. Je pense qu'il faut déjà déstigmatiser, c'est-à-dire que toute la société ne pense pas que c'est normal d’avoir des règles douloureuses. Et dans un deuxième temps, effectivement, cela pourrait être une bonne idée et pas juste un seul jour, car pour beaucoup de femmes, cela dure plus longtemps.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé au travail

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.