Un tour du monde en congé sabbatique : le retour

Il est parti il y a un an pour rencontrer des Français entrepreneurs à l'étranger. Son congé sabbatique terminé, Sylvain Peuch raconte son aventure et son retour au sein de son entreprise.

Nous avions interviewé Sylvain Peuch juste avant son départ, fin juin 2006, et suivi son périple planétaire sur son blog. Après cinquante créateurs français rencontrés dans dix pays différents sur quatre continents, ce globe-trotter est de retour en France. Il nous livre ses impressions et ses projets.Quel bilan tirez-vous de vos différentes rencontres ?"Il est très difficile de créer à l'étranger. On est en terre inconnue, la législation est différente, la connaissance des marchés est aléatoire. Il faut être bien armé pour mener ce qui s'apparente à une véritable guerre. Sur les 95 % de créateurs rencontrés ayant réussi, seuls 10 % en vivent bien. Les échecs sont souvent dus à un projet mal ficelé, une trop grande précipitation, une arrogance, trop d'idées préconçues? Pourtant, ceux qui ont galéré ne regrettent nullement leur démarche."Quelle est l'aventure entrepreneuriale qui vous a plus le marqué ?"Sans aucun doute celle de ce cadre trentenaire installé en Inde, qui après avoir crée un hôtel de luxe et l'avoir perdu dans le tsunami, a monté une association pour venir en aide à des villageois sinistrés. Sa démarche m'a beaucoup touché."Avez-vous également rencontré des femmes créatrices ?"Oui, cinq au total. Il n'est pas évident de s'imposer lorsqu'on est une femme d'affaires française à l'étranger. Je trouve qu'elles font preuve d'une souplesse d'esprit, d'une détermination, d'une facilité d'adaptation, qui leur permettent de réaliser des choses incroyables. J'ai l'exemple de cette Française qui a monté son propre cabinet de recrutement en Australie, destiné au personnel des filiales européennes. Depuis cinq ans, son chiffre d'affaires connaît une croissance à deux chiffres. A tel point que son mari a quitté son propre emploi pour l'aider à assurer ce développement."  Quelles suites allez-vous donner à ce tour du monde ?"Je vais mettre en valeur les expériences de vie des entrepreneurs rencontrés, lors de conférences et dans des salons consacrés à l'international. J'ai aussi le projet de créer début 2008 une e-communauté des entrepreneurs francophiles dans le monde. Un livre est également en cours d'écriture. Il devrait être publié l'année prochaine."Comment s'est déroulé le retour dans votre entreprise ?"J'ai retrouvé mon poste de cadre commercial comme convenu avant mon départ. La différence, c'est que mon tour du monde m'a donné des idées et des ailes. J'ai créé en parallèle une société de conseil pour le développement à l'international des entreprises (ID Conseil) qui peut également être profitable à ma propre société. Je me laisse jusqu'à la fin de l'année pour cumuler mon poste de salarié et de créateur d'entreprise. Ensuite, j'espère bifurquer définitivement vers le second."En savoir plus : Le blog de Sylvain Peuch : http://entrepreneursfrancais.zumablog.com

Rédigé par Corinne DillensegerPublié le 04/09/2007