Mutation à l'étranger : un projet à préparer

Une mutation à l'étranger, c'est une belle aventure, tant professionnelle qu'humaine. Pour qu'elle soit réussie, il convient tout de même de bien préparer son départ.

Les entreprises au rayonnement international peuvent envoyer l'un de leur cadre dans une filiale étrangère, pour un travail à accomplir. Vivre dans un autre pays, cela peut être une expérience très enrichissante. Toutefois, l'enthousiasme suscité par cette nouvelle aventure doit être modéré par quelques mesures de prudence, et notamment une préparation rigoureuse de cette mutation.

Se renseigner sur la mutation à l'étranger 

L'entreprise présentera sans doute à son employé la mutation sous son meilleur jour. Il appartient ensuite à l'employé de voir si le travail comme le cadre répondront à ses attentes. Pour cela, il peut tout d'abord contacter son prédécesseur, afin d'avoir un retour sur expérience. Celui-ci pourra lui fournir des éléments sur l'environnement professionnel et le niveau de vie. La mission est-elle motivante ? L'équipe est-elle sympa ? Le logement fourni par l'entreprise est-il agréable ? Le salaire est-il suffisant ? Consulter des blogs d'expatriés et des guides de voyage peut également apporter des éléments pertinents sur la vie dans le pays de destination.

S'appuyer sur le service des relations internationales de son entreprise 

Si les premières recherches font de la mutation une expérience attractive, alors il faut commencer à préparer concrètement le départ. Les entreprises ont généralement un service dédié à l'expatriation. Celui-ci accompagne l'employé dans toutes ses démarches : demande de visa, recherche de logement, scolarisation des enfants? Néanmoins, en cas de doute sur les compétences de son interlocuteur, rien n'empêche de trouver des informations de son propre chef pour vérifier si tout est en ordre. En effet, pour une mutation à l'étranger sereine, il est important de s'être bien préparé. On peut ainsi se concentrer sur son travail et sur l'expérience humaine, sans tracas administratifs.