Retraites : une majorité de Français souhaite l'arrêt de la grève ainsi que le retrait de l'âge pivot

Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro, 61% des Français estiment que le mouvement est justifié, mais 57% des Français souhaitent l'arrêt de la grève. Et 61% demandent le retrait de l'âge pivot du projet de réforme des retraites.

Laurent Berger et Edouard Philippe, le 25 novembre 2019 à Matignon. 
Laurent Berger et Edouard Philippe, le 25 novembre 2019 à Matignon.  (ERIC FEFERBERG / AFP)

Plus d'un mois après le début de la mobilisation contre la réforme des retraites, plus de la moitié des Français souhaitent l'arrêt de la grève (57%) et le retrait de l'âge pivot (61%), selon un sondage Odoxa Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro dévoilé mercredi 8 janvier. 

Si les Français sont toujours 61% à trouver le mouvement contre la réforme des retraites "justifié", ils sont également une majorité à souhaiter que la grève s'arrête (57%), une proportion qui grimpe à 70% parmi les Franciliens, durement touchés par la grève dans les transports. "Comprendre ou justifier la mobilisation ne veut pas dire que les Français souhaitent que la grève se poursuive", note l'institut Odoxa.

Enquête Odoxa Dentsu Consulting pour Le Figaro et franceinfo, 8 janvier 2020.
Enquête Odoxa Dentsu Consulting pour Le Figaro et franceinfo, 8 janvier 2020. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Afin de sortir de ce conflit, 61% des personnes interrogées souhaitent le retrait de l'âge pivot fixé à 64 ans dans le projet gouvernemental. Les seuls à ne pas le souhaiter et à juger qu'il faut conserver cette mesure sont les sympathisants du parti Les Républicains (60% d'entre eux sont favorables au maintien de l'âge pivot) et de La République en marche (54%).

Enquête Odoxa Dentsu Consulting pour Le Figaro et franceinfo, 8 janvier 2020.
Enquête Odoxa Dentsu Consulting pour Le Figaro et franceinfo, 8 janvier 2020. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Par ailleurs, le conflit, qui est entré dans son 35e jour consécutif ce mercredi, "ne fait que des perdants dans l'opinion, explique Odoxa. Si l'attitude du président de la République est largement réprouvée (67%), la CGT (65%) et les cheminots dans leur ensemble (66%) ne sont guère plus appréciés." 

Seule la CFDT bénéficie d'une opinion relativement favorable. 45% des personnes interrogées ont une bonne opinion du syndicat et 54% une mauvaise. Lors de la précédente enquête Odoxa-Denstu Consulting le 3 janvier denier 43% des sondés avaient une opinion favorable de ce syndicat et 56% une mauvaise.

Philippe préféré à Macron pour négocier la réforme 

A noter enfin que les Français préfèrent que le Premier ministre Edouard Philippe reste chargé des négociations avec les partenaires sociaux (53%) plutôt que de voir Emmanuel Macron les reprendre en main (44%).

Cette enquête a été réalisée par internet les 7 et 8 janvier 2020 auprès d'un échantillon de 1 004 Français représentatif de la population française (méthode des quotas) âgée de 18 ans et plus.