Vœux d'Emmanuel Macron : une avancée autour de la pénibilité ?

Tout le monde a retenu une phrase des vœux d'Emmanuel Macron : lorsqu'il a déclaré que la réforme des retraites prendra en compte les tâches difficiles pour permettre de partir plus tôt. Alors qu'a voulu dire le président précisément ?

France 2

Lors de ses vœux le 31 décembre, le chef de l'État a-t-il assoupli sa position sur la réforme des retraites ? Certains décodent un geste dans cette petite phrase : "Nous prendrons en compte les tâches difficiles pour permettre à ceux qui les exercent de partir plus tôt sans pour autant que cela soit lié à un statut ou une entreprise". Par "tâches difficiles", il faut comprendre "pénibilité". Une meilleure reconnaissance de la pénibilité, c'est la demande de l'aile gauche de la majorité, et, selon elle, le président lâche du lest.

Plus le métier est pénible, plus l'âge pivot serait abaissé pour une retraite complète

Selon des députés tels que Jean-François Cesarini, la pénibilité pourrait influer sur l'âge d'équilibre : pour le moment il est prévu à 64 ans pour une retraite à 100 %. Avant, il y aurait un malus de 5 % par an et, après, un bonus de 5 % par an. L'idée des députés : prendre en compte les tâches difficiles pour déterminer l'âge d'équilibre. Plus le métier est pénible, plus l'âge pivot serait abaissé pour une retraite complète. Les syndicats réformistes, eux, attendent de vraies avancées sur la pénibilité. Officiellement, les négociations reprennent le 7 janvier prochain, mais, selon plusieurs syndicats, les discussions n'ont pas cessé depuis Noël.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président de la République, Emmanuel Macron, le 21 décembre 2019 à Paris.
Le président de la République, Emmanuel Macron, le 21 décembre 2019 à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)