Retraités : un budget serré qui oblige à économiser là où c'est possible

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Retraités : un budget serré qui oblige à économiser là où cela est possible
France 3
Article rédigé par
V.Riffard, G.Chaine, B.Ordas - France 3
France Télévisions

Des manifestations se sont multipliées mercredi 31 mars dans le pays pour revendiquer une revalorisation des retraites. Les équipes de France Télévisions sont partis à la rencontre d'une retraitée, qui fait face de nombreuses difficultés au quotidien.

À Viscomtat (Puy-de-Dôme), Jeanne Hérody, retraitée, range son bois : du bois qu'elle récupère de ci, de là dès qu'elle le peut. "Ça me sert à me chauffer : je coupe, j'allume et je brûle. Il y a des années où je n'ai pas du tout utilisé le mazout", explique-t-elle. Une façon pour elle de faire des économies, comme avec son potager qu'elle remet doucement en route. "Dans un mois, un mois et demi, on achètera plus de salades", assure Jeanne Hérody. Car avec ses 1 140 euros de retraite, elle fait attention à tout. Mais pas question de ne pas gâter ses petits-enfants. Là encore, elle se débrouille pour les gâteaux ou les autres petits plats maison.

"Mon envie de fraises, j'attends qu'elle me passe"

"Je ne me plains pas, mais ce n'est pas normal que parce qu'on ne me paye pas assez, je sois obligée de lutter comme cela", regrette-t-elle. C'est après 44 ans de carrière dans la coutellerie que Jeanne Hérody a pu prendre sa retraite, à l'âge de 58 ans. Depuis, elle en profite modestement, sans se permettre de faire des écarts. "On a un problème de dents, il faut presque faire un crédit pour se faire soigner les dents, tout en étant bien assuré ! Il y a des limites. Pour le coiffeur, ce sont mes filles qui me coupent les cheveux. Mon envie de fraises, j'attends qu'elle me passe", raconte-t-elle. À l'aube de ses 70 printemps, Jeanne Hérody s'inquiète pour ses vieux jours.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.