Retraites : "Si on nous dit l'âge pivot est retiré ou modulé, ce sera un recul de la part du gouvernement", estime FO

Le secrétaire général de Force Ouvrière, Yves Veyrier, était l'invité de franceinfo lundi 30 décembre pour parler de la réforme des retraites.

La mobilisation contre la réforme des retraites se poursuit, tout comme les perturbations dans les transports. Les négociations reprendront le 7 janvier et une nouvelle journée nationale de mobilisation est prévue le 9 janvier. Les voeux d'Emmanuel Macron, mardi 31 décembre sont donc très attendus. "Si on nous dit l'âge pivot est retiré ou modulé, ce sera un recul de la part du gouvernement", a estimé lundi 30 décembre sur franceinfo Yves Veyrier, secrétaire général de Force ouvrière.

Il est grand temps d'appuyer sur le bouton stop

Yves Veyrier, FO

à franceinfo

"Au départ, la promesse présidentielle, c'était de ne pas toucher à l'âge et de faire des économies. Depuis le mois de mars, on est venu sur l'âge pivot. Cela a été ajouté au régime unique par point pour aller plus vite sur les économies à réaliser sur les droits à la retraite", a expliqué Yves Veyrier.

Le secrétaire général de Force Ouvrière estime qu'"Il est grand temps d'appuyer sur le bouton stop". "Je crois que le paquet cadeau qui avait été vendu au président de la République en campagne à l'époque de ce régime universel par points, avec le célèbre un euro cotisé vaudra les même droits, on voit bien que c'était un bel emballage mais qu'une fois défait cela fuit de toute part", a jugé le syndicaliste. "Le gouvernement est obligé de colmater les brèches. Aujourd'hui, on nous dit que l'universel ne sera pas uniforme. On voit bien que cela ne fonctionne pas pour les pilotes, les pompiers, les danseurs de l'opéra", a ajouté Yves Veyrier.

Le gouvernement écoute "assez peu"

Le régime unique par points "est une très mauvaise idée", selon Yves Veyrier estimant que "le gouvernement veut aller vers un régime sous tutelle de l'Etat". Pénibilité, emploi des seniors, Yves Veyrier a insisté sur le fait "que c'est là-dessus qu'il faut travailler plutôt que de défaire le système des retraites qui fonctionne très bien aujourd'hui." Malgré les fortes mobilisations, "le gouvernement est tellement convaincu de la raison de son système qu'il écoute assez peu ce qu'on lui dit", confie le leader de FO rappelant par ailleurs que son syndicait avait prévenu "pendant la campagne présidentielle de 2017" de son opposition à "un système de régime unique de retraite par point".

"Préserver" l'Agirc-Arrco 

Les salariés du régime général, "c'est-à-dire les 18 millions du secteur privé sont directement concernés", a jugé Yves Veyrier. La semaine dernière, les personnels navigants de l'aviation ont obtenu le maintien de la caisse de retraite du personnel navigant (CRPN) et la possibilité de partir à taux plein à 60 ans.

"L'Agirc-Arrco (retraite complémentaire des salariés du privé) mérite le même traitement", a affirmé le secrétaire général de FO. "Nous devons la préserver. Ce serait une erreur que le gouvernement évince la partie de la retraite qui est négociée directement entre les entreprises et les organisations syndicales représentatives des salariés", a estimé Yves Veyrier, expliquant que "cette partie représente 70 à 80 milliards d'euros de prestations chaque année, qui sont négociées ainsi. Cela garantit une trajectoire financière à l'équilibre pour les 15 années à venir".

Yves Veyrier, secrétaire général de Force Ouvrière.
Yves Veyrier, secrétaire général de Force Ouvrière. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)