DIRECT. Réforme des retraites : "Ce n'est qu'une question de délai" avant que la CGT ne quitte la conférence de financement, selon le syndicat

Le secrétaire d'Etat en charge des retraites, Laurent Pietraszewski, a annoncé mercredi que la conférence de financement continuerait son travail. 

Un gilet de la CGT au sol, à l\'occasion d\'une manifestation contre la réforme des retraites, à Toulouse (Haute-Garonne), le 6 février 2020. 
Un gilet de la CGT au sol, à l'occasion d'une manifestation contre la réforme des retraites, à Toulouse (Haute-Garonne), le 6 février 2020.  (PATRICIA HUCHOT-BOISSIER / HANS LUCAS / AFP)
Ce qu'il faut savoir

"Le compromis n'est pas possible. On n'a plus rien à faire à cette conférence de financement." Au micro de Radio Classique mercredi 19 février, la numéro 2 de la CGT, Catherine Perret, a annoncé le retrait du syndicat de ces négociations portant sur l'équilibre financier du système des retraites, dans le cas où le gouvernement ne prendrait pas en compte ses propositions. Des propos nuancés quelques minutes plus tard par un communiqué, annonçant que cette décision serait prise "la semaine prochaine""Ce n'est qu'une question de délai" avant que la CGT ne claque la porte de la conférence de financement, a toutefois ajouté Fabrice Angéi, secrétaire confédéral du syndicat, mercredi sur France Culture. "Il n'y a pas une forte volonté du gouvernement d'entendre, il ne veut pas changer sa feuille de route et son objectif", a-t-il dénoncé. 

L'objectif d'un équilibre d'ici à 2027. Proposée par la CFDT et mise en place fin janvier par le Premier ministre Edouard Philippe, la conférence de financement, chargée de ramener à l'équilibre le système de retraite d'ici à 2027, a démarré ses travaux mardi. Les partenaires sociaux sont censés se réunir six fois d'ici avril. 

Un contre-projet de la CGT. Mardi, lors de la première réunion de la conférence de financement, la CGT a présenté son contre-projet de réforme des retraites. Le syndicat attend désormais une prise en compte de ses propositions de la part du gouvernement, annonce la CGT dans un communiqué. "En l'absence de réponse, elle posera dès la semaine prochaine à ses instances dirigeantes, la question de la pertinence de maintenir sa présence à une conférence qui n'aurait dès lors comme seul objectif que de discuter autour d'un déficit budgétaire créé de toutes pièces."

LA CGT veut organiser sa conférence. "Nous allons organiser notre propre conférence, parce que nous avons des propositions en matière de financement qui sont très sérieuses et qui sont d'ailleurs partagées au sein de l'intersyndicale", a indiqué sur Radio Classique Catherine Perret, numéro 2 du syndicat, ajoutant qu'elle serait organisée "dans tous les territoires". 

  "La conférence de financement est morte", a déclaré sur Radio Classique la numéro 2 de la CGT. "A partir du moment ou le Premier ministre avait fixé comme objectif de ne pas augmenter les cotisations sociales, il ne restait évidemment qu'un paramètre, c'est l'âge pivot", a déploré la syndicaliste, accusant le Medef et le gouvernement de mener le "même combat".

La conférence continue. Malgré les annonces de la CGT, la conférence de financement va se poursuivre, a assuré Laurent Pietraszewski, secrétaire d'Etat chargé des Retraites, ce matin sur BFMTV. "Il n'y a pas que la CGT dans le paysage", a-t-il lancé.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #RETRAITES

23h57 : Les débats continuent d'être chaotiques à l'Assemblée. Le député PCF Sébastien Jumel a provoqué de vives contestations sur les bancs de la majorité après avoir demandé à la co-rapporteure de la réforme des retraites, Corinne Vignon, "qui elle avait rencontré dans (ses) réunions Tupperware".

22h45 : Les opposants à la réforme des retraites ont prévu de manifester demain dans le centre-ville de Grenoble. Ils emprunteront le parcours habituel, au départ de la gare à 10h pour finir devant la préfecture de l'Isère, détaille France 3 Auvergne-Rhône-Alpes.

21h59 : Bonsoir @clara L'examen de la réforme des retraites a viré à l'impasse cet après-midi à l'Assemblée nationale. Au troisième jour des débats, les rappels au règlement et suspensions se sont succédé dans une grande tension, empêchant l'avancée des travaux sur les milliers d'amendements. L'usage du 49.3 plane aussi.

21h57 : Toujours rien au sujet du débat parlementaire sur la réforme de retraite ?

19h43 : D'abord exclue, l'option d'un recours au 49-3 commence pourtant à prendre corps face au risque d'enlisement des débats sur la réforme des retraites. Le gouvernement peut-il toutefois utiliser l’article 49.3 de la Constitution pour sauver son texte, au risque de donner le sentiment de passer en force ? Explications.

Les députés de l\'Assemblée nationale débattent de la réforme des retraites dans l\'hémicycle, le 17 février 2020.


(CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

19h48 : Bonsoir @GentillemMaman. Quelques perturbations seront à prévoir sur les lignes des trains de la SNCF (RER et Transilien en Ile-de-France, TER dans les autres régions), en raison de la 10e journée de grève générale contre la réforme des retraites. Consultez les prévisions de trafic. Vous pouvez consulter le bulletin d'informations de la régie dans ce lien.

19h33 : Bonjour France Info. Est ce que vous auriez les prévisions du trafic RATP pour demain? Je cherche mais je ne trouve pas.. merci d’avance et très bonne soirée.

18h27 : La conférence de financement a débuté ses travaux au ministère des Solidarités, hier, en présence de plusieurs syndicats. Ils sont invités à formuler des propositions permettant de garantir l'équilibre financier du système d'ici 2027. Mais ont-ils une réelle marge de manœuvre ? Je me suis penché sur la question.

14h33 : "Il n'y a aucune raison qu'il n'y ait pas validation par la direction de la CGT de la décision, devant cette impasse, de quitter cette pseudo-conférence de financement, pour organiser une vraie conférence de financement par l'intersyndicale".


La CGT devrait confirmer son départ, annoncé ce matin, de la conférence de financement sur le système de retraites, assure son secrétaire confédéral sur France Culture. "Il n'y a pas une forte volonté du gouvernement d'entendre, il ne veut pas changer sa feuille de route et son objectif", justifie-t-il.

14h31 : Rappelons les principales informations de ce mercredi :

Pour la première fois, un sondage place Rachida Dati (25%) devant Anne Hidalgo (23%) dans les intentions de vote au premier tour des élections municipales à Paris. Agnès Buzyn, testée pour la première fois, se classe troisième (17%).

La CGT a menacé de claquer la porte de la conférence de financement dont les travaux avaient débuté hier. La secrétaire confédérale de l'organisation syndicale, Catherine Perret, dénonce "un même combat" entre le Medef et le gouvernement.


Le début de la fin pour la plus vieille centrale nucléaire française. Le décret confirmant l'arrêt total et définitif des réacteurs de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) est paru ce jour au Journal officiel et "entre en vigueur le 22 février 2020 pour le réacteur n°1 et au 30 juin 2020 pour le réacteur n°2".


Le bâtonnier de Paris a demandé à Juan Branco de renoncer à défendre Piotr Pavlenski dans l'affaire Griveaux, en raison notamment de "l'absence de distance" entre l'avocat et les actions de son client.

14h17 : Dans un communiqué, Violette Spillebout demande également aux autres candidats à l'élection municipale lilloise de "condamner sans réserve ces actions". Une demande manifestement peu appréciée par le candidat LFI Julien Poix, qui dénonce tout "amalgame" entre son parti et les militants qui perturbent les meetings de sa rivale. Il prévient qu'il portera plainte "contre toute personne incriminant" les militants de La France insoumise.

13h26 : Violette Spillebout, candidate LREM à l'élection municipale à Lille, annonce avoir porté plainte pour "entrave" à la liberté de réunion et d'expression. Plusieurs de ses réunions publiques ont été perturbées, voire annulées, à cause de la présence de manifestants dénonçant notamment la réforme des retraites.

14h13 : Il est midi. Nous faisons un nouveau point sur l'actualité du jour :

La CGT claque la porte de la conférence de financement, a annoncé la secrétaire confédérale de l'organisation syndicale, Catherine Perret, dénonçant "un même combat" entre le Medef et le gouvernement.


Le début de la fin pour la plus vieille centrale nucléaire française. Le décret confirmant l'arrêt total et définitif des réacteurs de la centrale nucléaire de Fessenheim est paru ce jour au Journal officiel et "entre en vigueur le 22 février 2020 pour le réacteur n°1 et au 30 juin 2020 pour le réacteur n°2".


Le bâtonnier de Paris a demandé à Juan Branco de renoncer à défendre Piotr Pavlenski dans l'affaire Griveaux, en raison notamment de "l'absence de distance" entre l'avocat et les actions de son client.

• Le bilan de l'épidémie provoquée par le nouveau coronavirus a atteint 2 000 morts en Chine, après que les autorités de la province de Hubei, épicentre de la crise, ont annoncé que le Covid-19 a fait 132 nouvelles victimes.

11h21 : La CGT vient d'éclaircir sa position par communiqué : "La CGT après la présentation hier lors de la première réunion de la conférence de financement, de son contreprojet de réforme des retraites attend désormais une prise en compte de ses propositions de la part de ce même gouvernement. En l’absence de réponse, elle posera dès la semaine prochaine à ses instances dirigeantes, la question de la pertinence de maintenir sa présence."

14h05 : "Ça n'a rien de surprenant", a réagi ce mercredi sur franceinfo Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education nationale, alors que la CGT a annoncé qu'elle quittait la conférence de financement : "On n'a pas tellement vu le caractère constructif [de la CGT] dès le début"

13h57 : Après le départ de la CGT, la conférence de financement du système de retraite va continuer, assure Laurent Pietraszewski, le secrétaire d'Etat chargé des Retraites, ce matin sur BFMTV : "Il n'y a pas que la CGT dans le paysage."

13h56 : "Le compromis n'est pas possible, a affirmé Catherine Perret, numéro 2 de la CGT, ce matin, sur Radio Classique. On n'a plus rien à faire à cette conférence de financement. Par contre, on va organiser notre propre conférence."

13h56 : La CGT claque la porte de la conférence de financement des partenaires sociaux, chargés de trouver d'ici avril des solutions pour ramener à l'équilibre le système des retraites à l'horizon 2027.