Retrait de l'âge pivot : qu'en pensent les grévistes ?

Dans la lettre d'Édouard Philippe, le système universel par points et la suppression des régimes spéciaux sont confirmés. Ce sont ces questions qui sont toujours au cœur de la contestation.

France 2

Ils étaient en train de défiler quand l'annonce est tombée samedi 11 janvier. Édouard Philippe retire provisoirement l'âge pivot de la réforme. Trop peu et trop tard pour certains manifestants parisiens. "C'est de l'enfumage, c'est n'importe quoi", déplore l'une d'entre eux. "Le problème, c'est que cela va diviser le front syndical. Mais, nous, on ne veut pas de la retraite à points", explique un autre opposant.

"Le Premier ministre encourage les grévistes"

Loin de leur donner l'envie de quitter la rue, la nouvelle pourrait renforcer la mobilisation selon un représentant syndical des cheminots. "C'est un recul qui est un encouragement pour nous, parce que ce sont les grévistes qui ont arraché ce recul-là. Merci le Premier ministre, il vient d'encourager les grévistes", affirme Fabien Villedieu, porte-parole de Sud-Rail. À Toulouse (Haute-Garonne), 3 000 personnes ont défilé selon la police, 20 000 selon la CGT.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants mobilisés contre la réforme des retraites, le 11 janvier 2020 à Paris.
Des manifestants mobilisés contre la réforme des retraites, le 11 janvier 2020 à Paris. (JULIEN MATTIA / ANADOLU AGENCY / AFP)