Hausse de la CSG : Guy et Martine, retraités, perdent "928 euros par an", l'équivalent de quatre mois de mutuelle

Un couple des Yvelines a fait le calcul des effets de la hausse de la CSG sur sa pension depuis janvier. Guy et Martine voient leur pouvoir d'achat entamé, au point de regretter leur vote en faveur d'Emmanuel Macron.

Quelque 60% de retraités sont concernés par la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG). Illustration.
Quelque 60% de retraités sont concernés par la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG). Illustration. (MAXPPP)

Environ huit millions de personnes, soit 60% des retraités, ont vu leur pension amoindrie depuis janvier dernier. Pour certains, comme Guy et Martine, un couple des Yvelines, la hausse de la CSG de 1,7 point a entamé leur pouvoir d'achat, disent-ils, au point de regretter leur vote "Macron".

Yvelines : Guy et Martine, un couple de retraités ont du mal à comprendre "l'effort" demandé par Macron - un reportage d'Emmanuel Grabey
--'--
--'--

"77 euros par mois, soit 928 euros par an". Guy Déchamp a fait le calcul. C'est ce que lui et sa femme vont perdre à cause de la hausse de la CSG. Guy est un ancien employé de banque. Martine était technicienne de laboratoire. À eux deux, ils touchent environ 4 000 euros de retraite mensuelle. S'ils refusent de se plaindre, ils voient que leur pouvoir d'achat a baissé. Ce manque à gagner, "c'est l'équivalent de quatre mois de mutuelle", constate Guy. C'est aussi l'équivalent d'un an et demi de bois de chauffage ou de cinq mois de légumes frais au marché.

Pas de compensation

Les courses alimentaires, c'est justement le premier changement que compte opérer ce couple de retraité des Yvelines. Jusqu'à présent, il privilégiait "les petits commerçants proches de la maison", raconte Martine, mais "à un moment donné, c'est vrai que les grandes surfaces sont moins chères", poursuit-elle. Pour compenser cette hausse de la CSG, l'exécutif mise sur la suppression progressive de la taxe d'habitation. Or, Guy et Martine ne font pas partie des 80% des foyers concernés dans un premier temps. Pour eux, la perte est sèche. "On en bénéficiera s'ils suppriment complètement la taxe d'habitation", expliquent-ils. 

Des électeurs déçus d'Emmanuel Macron

Pour ce couple qui avait pourtant choisi Emmanuel Macron - "par déduction, pas par conviction", précise Guy - aux deux tours de l'élection présidentielle au printemps 2017, cela fait beaucoup de mauvaises nouvelles d'un coup. Jusque-là, ils avaient toujours voté socialiste, mais "l'option" Benoît Hamon, le finaliste de la primaire de la gauche, n'était pas possible pour eux. "J'ai voté Macron en me disant qu'il y avait une certaine notion de justice, raconte Martine. Et puis, il était un petit peu moins libéral que ce que j'ai compris après." Elle a déchanté au fur et à mesure. "C'est un petit peu dur, confie-t-elle encore. Maintenant, je suis un peu déçue."

Au-delà des efforts demandés, ce qui les a le plus surpris, c'est "la brutalité du discours". Martine se souvient très bien des vœux du président pour la nouvelle année : "Pas un mot sur les retraités, dit-elle. Un président qui ne parle jamais des retraités, qui représentent 15 à 16 millions de personnes, cela nous a beaucoup choqués."

Je pense qu'on ne doit pas être traité de cette façon-là, comme si on n'existait pas.Martine Déchamp, retraitéeà franceinfo

"Et honnêtement, dans notre entourage, beaucoup ont voté Macron et ça a fait gloups", poursuit Martine. Déçu pour le moment, Guy se demande déjà comment il réagira dans l'isoloir la prochaine fois, en 2019. "J'ai toujours voté et là, je me pose la question si je ne voterais pas blanc", dit-il. "Si c'était une élection législative, peut-être que moi aussi, je voterais blanc", lance Martine à son tour. Mais, comme ce sont les élections européennes, elle pense plutôt pour une liste de la majorité, estimant que ce sont les seuls pro-européens. 

Mais elle prévient : "Attention ! Macron prend un risque : les retraités sont des gens qui votent alors si les retraités n'y vont plus... " Selon Martine, cela ne profiterait qu'aux extrêmes, de droite comme de gauche. Les seniors, qui manifesteront de nouveau le 15 mars, sont parmi les plus nombreux à retirer leur confiance à Emmanuel Macron, selon l'institut de sondage Odoxa