Cet article date de plus de huit ans.

Reconversion professionnelle : de l'ombre aux flashes

Quand on s'est trompé d'orientation professionnelle, il est toujours temps de se lancer dans une nouvelle carrière. L'exemple de Bruno.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.

Il est 18h. Bruno m'attend à la terrasse d'un grand café. L'expérience se lit sur son visage et je sais déjà qu'il aura beaucoup à m'apprendre. Son existence est une intrigue, pleine de mystère et de rebondissements. Après avoir fait ses preuves en agences de publicité, il se lance dans la photographie. Quand travail et passion se mêlent, une nouvelle vie commence?

Rencontre avec un homme aux mille éclats.

Le monde du travail : temps des réclames.

A 25 ans, Bruno est déjà chef de studio. Le monde des paillettes s'ouvre à lui, mais les cotillons se transforment vite en morceaux de verre susceptibles de le blesser. Les rêves plein la tête, le jeune homme découvre l'enfer du décor : « tout est bâti sur du sable », on n'est jamais sûr de rien et il faut vivre avec des clients capricieux, conscients de leur supériorité. Rapidement, les mots comme « rendement, profit, efficacité » hantent son esprit et inhibent sa créativité. Un jour, il décide de quitter son patron pour devenir indépendant et « se vendre » comme prestataire en free-lance ; puis un jour il décide de tout quitter?

La reconversion professionnelle : le temps de la remise en question.

Épuisé par l'univers biaisé du travail en entreprise, Bruno se lance dans l'inconnu. Il veut s'exprimer, montrer un véritable talent auquel il ne croit malheureusement pas toujours lui-même et se consacrer à sa passion : la photographie. Bientôt, les rencontres s'enchaînent et il fait ses premières marques parmi les grands noms de la mode. Guidé par son instinct, il capte l'instant et immortalise les visages et les lieux. Il sait que le passé qui l'a grandi est derrière lui, mais par la photographie, il maîtrise le temps, ressent enfin le présent et découvre au jour le jour l'avenir.

Le nouveau métier : le temps de vivre.

Artistes, particuliers ou créateurs qui aiment son « ?il sur les vêtements » le contactent au fil de l'eau. Aujourd'hui, il voudrait être nourri de ses ?uvres et retrouver son identité dans l'art. Bruno n'a pas cherché la célébrité, mais il a trouvé la reconnaissance qu'il mérite. Si son génie a fait naître les occasions, c'est sa force d'âme qui a permis sa conversion. La réussite est à portée de rêves... et de travail.

Eléonore Dastugue

11 juin 2009

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Rebondir

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.