Rupture conventionnelle collective : les arguments qui ont convaincu PSA

Le constructeur automobile PSA Peugeot Citroën veut utiliser la rupture conventionnelle collective pour 1 300 salariés. Et cette fois, les syndicats ne sont pas contre. Mais quel est intérêt pour l'entreprise de passer par ce nouveau dispositif ?

FRANCE 2

À PSA, la procédure fait presque l'unanimité. Une nouvelle disposition du Code du travail, la rupture conventionnelle collective, a été proposée par la direction et déjà acceptée par plusieurs syndicats. Le constructeur vise par ce moyen 1 300 départs sur des métiers dont le groupe n'a plus besoin, et promet en parallèle entre 1 300 et 1 400 embauches en CDI dans d'autres secteurs. La CGT dénonce un plan social déguisé, mais d'autres syndicats sont prêts à signer.

Une procédure allégée qui arrange les entreprises

Des syndicats satisfaits, car tous les départs seront volontaires, avec, espèrent-ils, d'importantes indemnités. Côté direction, la rupture conventionnelle collective est une procédure allégée par rapport à un plan social. Pas d'obligation de reclasser les salariés et l'entreprise peut réembaucher plus rapidement qu'après un plan social. Alors d'autres entreprises y réfléchissent, comme Engie ou le groupe de presse Le Figaro. Un moyen d'ajuster les effectifs, plus facile qu'un plan de départs volontaires selon ce DRH, mais avec des garde-fous. À PSA, le projet de rupture conventionnelle collective sera précisé dans dix jours. Il pourrait être mis en œuvre dès le mois de février prochain.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le site PSA de Poissy (Yvelines), en mars 2017.
Le site PSA de Poissy (Yvelines), en mars 2017. (MAXPPP)