Cet article date de plus de six ans.

Crise du carburant : vers une pénurie nationale ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Crise du carburant : vers une pénurie nationale ?
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Les salariés de raffineries opposés à la loi Travail ont décidé de bloquer leur site. Six raffineries sur huit sont concernées. France 2 revient sur cette crise en trois questions.

Ce week-end, les files d'attente se sont allongées devant les stations-service. Faut-il parler de pénurie et s'est-elle étendue ? Le blocage a commencé à l'ouest du pays et gagne maintenant du terrain vers le Centre, l'Est et le Sud. La région parisienne est à son tour touchée. Certains points de vente commencent à être à sec face à la ruée des automobilistes comme à Versailles (Yvelines). 

Puiser dans les réserves ?

Sur 12 000 stations en France, on en compte 816 en rupture totale et 800 en rupture partielle. Pour l'instant, moins d'une station sur cinq est affectée par le conflit. En cause, le blocage à la source par les opposants à la loi Travail. Quelles raffineries et quels dépôts sont concernés en France ? Certaines raffineries sont à l'arrêt, comme à Donges (Loire-Atlantique), Gonfreville-L'Orcher près du Havre (Seine-Maritime) et Feyzin près de Lyon (Rhône). D'autres fonctionnent au ralenti. À cela s'ajoutent les dépôts de carburant en grève, dont le plus gros en France, au Havre.
Vu les difficultés d'approvisionnement, les automobilistes paniquent, alors faut-il puiser dans les réserves ? La France possède en permanence une réserve stratégique d'hydrocarbure. Des stocks de secours qui permettent de tenir 90 jours en cas de crise extrême, mais avant d'y avoir recours , les nombreux dépôts encore pourvus en carburant devraient suffire pendant encore plusieurs semaines.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.