Etre son propre coach professionnel ? Avis partagés sur l'auto-coaching !

L'auto-coaching : une approche jugée efficace par certains coachs professionnels, un abus de langage pour d'autres.

Au rayon « développement personnel » de votre librairie préférée, vous trouverez sans mal nombre d'ouvrages intéressants vous proposant des conseils et des exercices pour réussir sans aide extérieure à prendre une décision, définir un objectif, mener à bien un projet. Mais cette littérature sur l'auto-coaching tient-elle vraiment ses promesses, peut-elle vraiment vous aider à progresser dans votre métier ?

Le débat sur l'auto-coaching

Oui, pour Jane Turner, coach et co-auteur de nombreux ouvrages sur le développement personnel, « la personne qui nous accompagne en permanence, c'est nous-même. Il est possible d'avancer seul à l'aide d'un livre. En lisant, on s'entend parler, c'est déjà une prise de recul, une distanciation, une mise en perspective. Les exercices d'auto-coaching sont basés sur la réflexion, la créativité, l'action, la visualisation. Ils peuvent servir de préliminaire, de complément ou faire suite à un coaching ». Une position que ne partage pas Suzel Gaborit-Stiffel, vice-présidente de la Société française de coaching. « Ces livres peuvent être utiles pour clarifier sa compréhension du coaching, apprendre à choisir un bon coach, connaître les techniques particulières, se poser des questions. Toutefois, il ne faut pas confondre conseil et coaching. Ce dernier nécessite un accompagnement extérieur, un regard neutre. Parler d'auto-coaching revient à dire qu'il est possible de voir derrière son propre dos ». Le coach est donc un tiers, dont c'est le métier d'accompagner le coaché pour le développement de son potentiel professionnel. 

Ateliers d'auto-coaching : soyez vigilants !

Surfant sur cette vague, des prestations d'auto-coaching ou de self-coaching ont vu le jour. « J'apprends aux participants à définir et travailler sur leurs objectifs à travers différents outils pratiques et mises en situation : jeux de carte, saynettes de théâtre..., explique Brigitte Roujol, coach et animatrice de l'atelier Oser son potentiel. Ces outils sollicitent leur créativité et leurs mécanismes de réflexion. Une fois ces exercices maîtrisés, les personnes deviennent autonomes et peuvent y recouvrir à chaque fois qu'elles sont face à une problématique professionnelle ». Attention, si vous êtes tenté par ce type d'atelier, veillez toutefois à ce qu'il soit animé par un professionnel du coaching. C'est un vrai métier ! Vous pourrez espérer un travail / une formation efficaces et vous éviterez ainsi de tomber entre les mains de gourous et escrocs en tous genres.   La rédaction  Publié le 3 juillet 2006