Le gouvernement crée une aide de 200 euros pour passer le Bafa pour faire face à la pénurie d'animateurs

Ce coup de pouce gouvernemental permettra de financer le coût de la formation au brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur, qui avoisine les 800 ou 900 euros.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des enfants à Cabourg (Calvados) le 18 août 2021, avec le Secours populaire, lors d'une jounée pour celles et ceux dont les familles n'ont pas les moyens de partir en vacances. (SAMEER AL-DOUMY / AFP)

Les métiers de l'animation manquent de main d'œuvre. Le secrétariat d'Etat à la Jeunesse a ainsi annoncé, lundi 25 octobre, qu'une aide de 200 euros serait versée en 2022 à 20 000 jeunes pour financer en partie leur formation aux métiers de l'animation.

Cette aide exceptionnelle sera versée sous condition de ressources à des jeunes désireux de passer le brevet d'aptitude aux fonctions d'animateur (Bafa) ou le brevet d'aptitude aux fonctions de directeur (BAFD) pour travailler en centres de loisirs ou colonies de vacances.

Le coût de la formation avoisine les 800 ou 900 euros, que peuvent réduire des aides des collectivités ou de la Caisse d'allocations familiales. Cette aide gouvernementale sera financée par la mobilisation du fonds de soutien aux colonies de vacances, a précisé le secrétariat d'Etat à la Jeunesse.

Environ 5 200 postes non pourvus

La secrétaire d'Etat Sarah El Haïry ajoute, dans un entretien au quotidien La Croix (article payant), qu'elle compte également réunir en novembre les représentants des collectivités territoriales et les associations employeuses sur la question des rémunérations, assez faibles, et du temps partiel subi, ainsi que sur l'abaissement de l'âge d'accès au Bafa de 17 à 16 ans.

Dans une enquête publiée lundi, 82% des structures déclarent avoir des difficultés de recrutement, notamment dans l'animation (74%). Les 1 182 structures interrogées font état de 5 245 postes non pourvus à ce jour, ce qui représente 10% de leurs effectifs.

Selon Sarah El Haïry, "il y a de moins en moins de titulaires du Bafa. En 2011, ce brevet était attribué à 53 000 personnes. En 2019, ce chiffre est tombé à 43 000. Et la crise du Covid est venue compliquer les choses, en empêchant la tenue de nombreuses sessions de formation".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Formation

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.