Formation : l'Etat prend la main

La simplification de l'accès à la formation annoncé ce lundi 5 mars par Murielle Pénicaud effraie les partenaires sociaux, inquiets de perdre la main en faveur de l'État.

FRANCE 3

Murielle Pénicaud, la ministre du Travail, a annoncé ce lundi 5 mars sa réforme de la formation. Sur le plateau du 19/20, le journaliste David Boéri revient en détail sur les nouvelles mesures. Il explique : "L'État reprend le contrôle des circuits de financement. Il n'y aura plus les organismes paritaires dirigés par les syndicats et le patronat pour récolter les fonds dans les entreprises. Les cotisations seront prélevées directement par l'Ursaf. L'idée est de simplifier le système en réduisant les intermédiaires." 

Les partenaires sociaux inquiets 

Les partenaires sociaux critiquent déjà cette mesure. Le journaliste précise : "Une agence de régulation, France compétences, sera créée et réunira des représentants de l'État, des partenaires sociaux et des régions et vérifiera la qualité et les tarifs des formations. L'idée est d'éviter un dérapage des prix et de supprimer les formations jugées éloignées des besoins des entreprises. Les partenaires sociaux critiquent la mesure et craignent de perdre de leur influence sur cette manne de 32 milliards d'euros par an." 

Le JT
Les autres sujets du JT
De nombreuses entreprises essaient de préserver leurs employés en créant des espaces ou des moments low tech. Le mouvement prend de l\'ampleur
De nombreuses entreprises essaient de préserver leurs employés en créant des espaces ou des moments low tech. Le mouvement prend de l'ampleur (MAXPPP)